Peut-on réduire les accidents cardiovasculaires ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 21 Mai 2003 : 02h00
-A +A
Oui, comme le démontre une vaste étude britannique ayant évalué les bénéfices apportés par la simvastatine, un traitement de référence contre le cholestérol.

Au cours de cette étude, plus de 20.000 sujets, recrutés dans 69 hôpitaux britanniques, ont été suivis durant cinq années. Cette population particulièrement large comprenait aussi bien des patients souffrant d'angine de poitrine, de diabète, d'artérite, que d'antécédents d'accidents vasculaires cérébraux, ainsi que pour une fois, des femmes.

Répartis en deux groupes, certains recevaient de la simvastatine, les autres un placebo.Au terme de l'étude, les auteurs constatent une baisse globale de 13% de la mortalité, de 18% des décès par maladie coronaire, de 25% du risque d'infarctus du myocarde, d'accident vasculaire cérébral et d'artérite des membres inférieurs, chez les patients sous simvastatine.

Ces résultats sont particulièrement éloquents car ils signifient que cette statine apporte des bénéfices considérables quels que soient le sexe, l'âge et le taux de cholestérol initial. Les indications des statines s'élargissent ici de façon importante allant des sujets sans excès de cholestérol en passant par ceux qui ont des antécédents cardiovasculaires, qui souffrent d'artérite, mais également les diabétiques et les hypertendus.

Les événements cardiovasculaires peuvent donc être prévenus chez la majorité des sujets à risques. Les auteurs estiment que les statines pourraient prévenir un tiers des accidents cardiovasculaires, mortels ou non. Ce chiffre est considérable lorsque l'on sait qu'en France, 150.000 accidents vasculaires cérébraux sont enregistrés chaque année et plus de 120.000 accidents cardiovasculaires.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 21 Mai 2003 : 02h00
Source : Castaigne A. et coll., The lancet, 360 : 23-33, 2002.
A lire aussi
Plus d'articles