Ce billet fait partie du blog "Le blog de la Rédaction".

Pas de risque de cancer avec la stimulation ovarienne pour les FIV

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 07 Juillet 2014 : 09h24
Mis à jour le Mardi 15 Juillet 2014 : 13h52
-A +A

C’est encore une idée fausse qui tombe. La stimulation ovarienne qui est instituée pour optimiser le prélèvement des ovocytes avant une fécondation in vitro (FIV), était soupçonnée de favoriser les cancers gynécologiques hormono-dépendants, comme celui du sein.

Il n’en est rien selon une étude américaine ayant suivi plus de 10.000 femmes pendant plus de 30 ans.

C’est une crainte qui persiste depuis le début de la pratique des FIV dans le monde. Les traitements donnés aux femmes pour stimuler leur production d’ovocytes étaient soupçonnés d’être responsables d’une augmentation du risque des cancers hormono-dépendants, comme celui du sein ou de l’utérus. C’est qu’ils avaient pour conséquence de stimuler également la production des estrogènes et de la progestérone.

Stimulation ovarienne : une étude rassurante

Une étude américaine ayant suivi plus de 10.000 femmes montre le contraire. Celles-ci ont été recrutées dans 5 centres hospitaliers entre 1965 et 1988 et ont été accompagnées pendant 30 années, ce qui permet un recul suffisant. Il en ressort que le risque de cancers gynécologiques n’est pas augmenté dans cette large cohorte.

Deux exceptions sont à noter :

  • Celle du petit groupe de femmes ayant pris du citrate de clomiphène (Clomid) pendant une période de plus de 12 cycles, cette pratique restant exceptionnelle. Un sur-risque de cancer du sein était alors noté.
  • Celle des femmes qui n’ont pas eu d’enfant malgré un traitement par gonadotrophine.

Continuer les dépistages toute sa vie

S’agissant d’une étude importante ayant suivi une très grande cohorte de patientes, il est possible d’être rassuré et de considérer que ces traitements de stimulation ovarienne ne sont pas à risque de cancer. Il faut néanmoins rester prudent afin de s’assurer de l’absence de conséquence de ces traitements car les FIV sont effectuées à des âges de plus en plus jeunes, nécessitant donc des suivis de plus en plus longs.

Dans tous les cas, il est précieux de garder cette bonne habitude de se faire suivre régulièrement, car un dépistage précoce reste la seule manière d’éviter ces cancers. Cette surveillance devra être d’autant plus importante que le traitement pour stimulation ovarienne aura duré plus d’une année ou en cas d’absence de grossesse.

Source : Humberto Scoccia. Conférence annuelle de la société européenne de reproduction humaine et d'embryologie (ESHRE).

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 07 Juillet 2014 : 09h24
Mis à jour le Mardi 15 Juillet 2014 : 13h52
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
A lire aussi
Grossesse : la stimulation ovarienne Publié le 17/05/2010 - 00h00

Les troubles de la fertilité peuvent avoir différentes origines, parfois combinées. Les traitements proposés sont donc aussi très différents. On recourt à la stimulation ovarienne en cas de troubles de l'ovulation et dans le cadre d'une fécondation in vitro ou d'une insémination.

Quels sont les risques liés à la fécondation in vitro (FIV) ? Publié le 10/03/2014 - 12h00

Les techniques d’aide médicale à la procréation ont considérablement évolué. Mais après avoir expliqué aux couples candidats à la fécondation in vitro (FIV) les différentes techniques et les taux de succès attendus, il est aussi nécessaire de leur exposer les risques potentiels.

Cancer du sein : que savez-vous ? Publié le 24/09/2007 - 00h00

Plus d'une femme sur dix sera confrontée au cancer du sein au cours de sa vie. Il représente la première cause de mortalité par cancer chez les femmes. Mais bonne nouvelle, ce cancer peut se dépister précocement et se guérir. Testez vos connaissances !

Plus d'articles