Lupus : les progrès dans le traitement de cette maladie auto-immune

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 05 Juillet 2016 : 14h23
Mis à jour le Mardi 12 Juillet 2016 : 16h54
-A +A

La prise en charge du lupus a bénéficié ces dernières années de progrès considérables. Le développement de nouveaux médicaments pourrait encore davantage révolutionner le traitement de cette maladie auto-immune. Mais tant qu’ils n’ont pas démontré leur efficacité et que les bénéfices pour les patients n’ont pas été validés, « restons humbles », suggère le Pr Jean Sibilia*.

Le lupus, une maladie pas comme les autres…

  • Non pas un lupus, mais des lupus

Le lupus est une maladie rare et complexe… mais avec près de 30.000 malades en France, le lupus n’est pas non plus une pathologie exceptionnelle.

En fait, le lupus est une constellation de formes différentes qui s’expliquent par des mécanismes distincts que l’on appelle auto-immunes. L’auto-immunité est une réaction anormale du système immunitaire, qui se « retourne » contre ses propres cellules pour des raisons à la fois génétiques, mais aussi environnementales.

Le lupus peut donc s’exprimer par des signes très divers : hématologiques, cutanés, rénaux, cérébraux ou articulaires, en associant parfois des signes articulaires et cutanés, hématologiques et rénaux. Pour une prise en charge spécifique et adaptée, nous avons aujourd’hui besoin d’améliorer nos connaissances pour mieux comprendre les mécanismes immunitaires impliqués dans chaque type de lupus.

  • Le lupus est une maladie complexe

Beaucoup de maladies humaines répondent à une problématique assez simple : une cause, une maladie, un traitement. Par exemple, une angine à streptocoque s’exprime par des symptômes précis et se traite avec des antibiotiques. Dans le lupus, le diagnostic et le traitement sont beaucoup plus compliqués.

Ainsi certains facteurs d’environnement conditionnent le lupus : les ultraviolets, les hormones féminines (ce qui explique, en partie, pourquoi le lupus touche des femmes dans neuf cas sur dix), le tabagisme… Attention, ces facteurs ne sont pas à l’origine du lupus, mais des déclencheurs ou des facteurs aggravants.

Le lupus s’explique aussi par une prédisposition génétique, mais pas seulement liée à un gène comme dans l’hémophilie par exemple. Entre 100 et 150 gènes ont été mis en cause dans le lupus, c’est donc une maladie polygénique comme les autres maladies auto-immunes. Et selon la photographie génétique de chacun, un certain nombre de ces gènes participe à cette prédisposition à développer un lupus. On sait par exemple que chez l’enfant (moins chez l’adulte), le lupus peut être lié à des anomalies génétiques concernant les voies de l’ interféron. De telles connaissances conditionnent les thérapeutiques de demain.

En déterminant certains dysfonctionnements du système immunitaire, on a réussi à identifier de nouvelles cibles thérapeutiques spécifiques, comme les cellules dendritiques, plasmacytoïdes (qui produisent de l’interféron), des lymphocytes T et B (des cellules de l’immunité) et des polynucléaires neutrophiles.

Une autre piste à explorer est de savoir ce qui prédispose à une forme de lupus plutôt qu’à une autre ? Pourquoi certains types de lupus touchent la peau, le cœur ou les reins ? Si l’on n’a pas toujours la même maladie, c’est que les cellules qui composent les tissus touchés par le lupus, ou leur environnement, ont quelque chose de particulier qui prédispose à la maladie.

Enfin, pour communiquer entre elles, les cellules produisent des médiateurs et disposent de récepteurs. Ces multiples acteurs moléculaires peuvent aussi constituer des cibles spécifiques pour les thérapies d’aujourd’hui et de demain. On sait qu’une des principales molécules produites par les cellules de l’immunité dans le lupus est l’interféron. On sait également que dans le lupus, les lymphocytes B sont activés par une cytokine dénommée BAFF. Or il existe déjà sur le marché une molécule qui bloque BAFF, commercialisée sous le nom de Benlysta® (belimumab).

Quels sont les grands progrès dans la maladie de Lupus?

Le premier vrai progrès réalisé dans la prise en charge du lupus a été l’amélioration de nos connaissances sur cette maladie et de son diagnostic par des centres experts, regroupés dans un réseau français, appelé FAI2R. Plus on détecte tôt cette maladie, plus les traitements seront performants.

Le deuxième grand succès a été la maitrise des facteurs aggravants (exposition aux UV et à certains toxiques, aux hormones…) et des complications. Par exemple, on sait aujourd’hui minimiser les effets indésirables de la cortisone, médicament utilisé en première intention, et surtout les effets du lupus sur le système cardiovasculaire. Il s’agit de la complication la plus importante et la plus fréquente dans nos populations. En effet, chez le lupique, l’athéromatose est accélérée car l’inflammation favorise une maladie immunitaire de la paroi des vaisseaux, pouvant mener à l’infarctus du myocarde.

Enfin, on a appris à mieux prescrire et à surveiller les traitements de référence immunomodulateurs et immunosuppresseurs, lesquels ne sont pas dénués de risques, notamment infectieux.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 05 Juillet 2016 : 14h23
Mis à jour le Mardi 12 Juillet 2016 : 16h54
Source : * Propos du Pr Jean Sibilia, Professeur des Universités – Praticien Hospitalier, chef de Service de Rhumatologie au CHU de Strasbourg, doyen de la Faculté de Médecine de Strasbourg et responsable du Centre National de Référence des Maladies Auto-Immunes Systémiques.
A lire aussi
Qu'est-ce qu'une maladie auto-immune ? Publié le 20/01/2014 - 07h00

Dans le cas d’une maladie auto-immune, le système immunitaire combat ses propres cellules car il les considère à tort comme des ennemis.Pourquoi et quelles sont les principales maladies auto-immunes connues ?Le point sur ces étranges maladies…

Psoriasis : l'arrivée des biothérapies Publié le 16/07/2007 - 00h00

Le psoriasis est une maladie particulièrement handicapante et difficile à prendre en charge. Grâce à la recherche, nous disposons désormais de nouveaux traitements, les biothérapies, capables de venir à bout des formes sévères.

Lupus Publié le 20/09/2002 - 00h00

Maladie rare et complexe, dont les causes sont mal connues, le lupus mérite toutefois qu'on s'y intéresse car son diagnostic peut être simple... pourvu qu'on y pense.Toutefois, les traitements proposés contre le lupus ne font que soulager, sans guérir la maladie...

Leucémie, de nouvelles perspectives de traitement Publié le 08/01/2001 - 00h00

Le sang est un tissu qui se renouvelle continuellement et dont la majorité des cellules sont produites à partir des cellules souches de la moelle osseuse. Si une modification génétique survient, le processus de fabrication est perturbé et certains types de cellules deviennent alors...

Plus d'articles