Infections sexuellement transmissibles : avez-vous un risque ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 03 Septembre 2007 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 13 Octobre 2011 : 15h14

Nombre d'infections sexuellement transmissibles (IST) sont potentiellement dangereuses. Il faut les connaître et savoir s'en protéger le mieux possible. Voici les questions à se poser.

1) Combien de partenaires sexuels avez-vous eus dans votre vie ?

Le nombre de partenaires sexuels est corrélé au nombre d'IST. C'est logique, puisque plus vous avez été en contact sexuel avec un grand nombre de personnes, et plus vous avez de risques d'avoir rencontré une IST. C'est tout simplement statistique.

2) Combien de partenaires sexuels avez-vous eus dans l'année qui vient de s'écouler ?

Le nombre de partenaires sexuels dans la vie, mais aussi dans l'année, peut jouer sur la fertilité. Un nombre important de difficultés à avoir un enfant sont liées à des IST, elles-mêmes en relation avec un nombre important de partenaires. Cela n'enlève rien au fait qu'il suffit d'une rencontre pour contracter une IST.

3) Quand vous sortez pour trouver un partenaire, où allez-vous plutôt ?

Les personnes en recherche très active de partenaire ont bien plus de risque d'enclencher une relation sexuelle rapide et donc de prendre des risques importants de contracter une IST.

4) Depuis votre première relation sexuelle, avez-vous déjà contracté une IST ?

Une personne ayant contracté une IST est une personne à risque et encore plus une personne ayant contracté plusieurs fois une IST. Cela signifie qu'elle a une conduite à risque.

5) Comment buvez-vous quand vous êtes à une soirée ?

L'alcool est un facteur de risque très important pour les IST. En effet, une personne ayant consommé de l'alcool peut initier une relation sexuelle qu'elle n'aurait pas eue dans son état habituel, et dans de mauvaises conditions. Cela est d'autant plus risqué que l'alcool tend à faire oublier les précautions indispensables, en particulier le préservatif (mais aussi la contraception, quelle qu'elle soit).

6) Si vous avez des relations sexuelles avec un(e) nouveau(elle) partenaire, utiliseriez-vous des préservatifs ?

Le préservatif est LA protection indispensable quand on souhaite une vie sexuelle sans risques. Chacun le sait, mais pour mettre en oeuvre cette protection, il faut être certain de sa décision et très ferme envers soi-même et envers l'autre. En effet, quand on n'est pas sûr de soi, il est très difficile d'imposer son point de vue à quelqu'un qui ne le partage pas forcément. Alors bien sûr, si en plus, on ne veut pas du préservatif, le risque d'IST est très important.

7) Vous arrive-t-il de faire l'amour le premier soir avec quelqu'un que vous ne connaissiez pas ?

Plus on initie rapidement une relation sexuelle et plus on fait partie d'un groupe à risque d'IST. Car on a tendance à multiplier le nombre de partenaires et à prendre des risques.

8) Avez-vous déjà consommé des drogues psychoactives (cannabis compris) ?

Toutes les drogues qui agissent sur le psychisme augmentent le risque d'IST. L'alcool aussi, même si nous lui avons consacré une autre question. Car même si l'alcool est aussi vraiment une drogue psychoactive, il n'est pas considéré ainsi par tous. Les drogues injectables augmentent les risques à cause de la pratique de l'échange des seringues entre consommateurs. Heureusement, cette pratique a beaucoup diminué depuis la vente libre des seringues et aiguilles.

9) Avez-vous déjà pratiqué la fellation sans préservatif ?

La fellation est une pratique à risque d'IST, c'est certain. Ce risque est probablement moins élevé que lors d'une relation sexuelle vaginale. Il existe cependant et c'est pourquoi il est conseillé d'utiliser un préservatif.

10) Avez-vous déjà eu des relations anales ?

Les relations anales sont la pratique la plus à risque pour la transmission d'IST. La muqueuse est en effet extrêmement fragile à cet endroit, entraînant toujours un saignement, même s'il s'agit d'un « micro-saignement » invisible à l'oeil nu. C'est pourquoi les IST comme le sida ou les hépatites se transmettent très facilement de cette manière. L'utilisation du préservatif est donc vitale.

11) Avez-vous un piercing ou un tatouage ?

À partir du moment où l'on vous fait saigner avec un instrument, il existe un risque de transmission de certaines IST comme le sida ou les hépatites (et d'autres maladies transmissibles par le sang, même si elles ne sont pas sexuellement transmissibles). Les piercings et les tatouages sont souvent pratiqués dans des conditions déplorables et vous font entrer dans une population à risque. En effet, si les instruments au contact avec votre sang ne sont pas à usage unique et stériles, ou bien stérilisés d'une manière valable, vous prenez un risque en allant vous faire tatouer ou piercer. C'est la raison pour laquelle les centres de transfusion sanguine refusent les donneurs de sang qui viennent de se faire tatouer ou piercer.

12) Où habitez-vous ?

Habiter dans une grande ville augmente le risque de contracter une IST. Pourquoi ? C'est que les rencontres anonymes sont facilitées et que de ce fait beaucoup plus de personnes prennent des risques.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 03 Septembre 2007 : 02h00
Mis à jour le Jeudi 13 Octobre 2011 : 15h14
A lire aussi
MST-IST : distinguez le vrai du fauxPublié le 17/08/2012 - 06h02

Les maladies sexuellement transmissibles (MST) ont été rebaptisées infections sexuellement transmissibles (IST).Que savez-vous de ces nombreuses infections qui imposent toutes le port du préservatif à chaque rapport sexuel ?Différenciez le vrai du faux pour vous en protéger efficacement.

Que savez-vous sur le sida ?Publié le 06/08/2003 - 00h00

L'été, le soleil, les vacances, toutes ces conditions sont propices à multiplier les rencontres. Certaines se solderont peut être par une relation amoureuse. Pas question d'oublier la prévention. Concernant le sida, connaissez-vous tous les risques de transmission ?

Boire ou faire l'amour, il faut choisir !Publié le 23/07/2003 - 00h00

Boire, c'est dangereux si la dose d'alcool est trop forte. On peut même en mourir en cas d'hépatite aiguë... Et même en buvant seulement un verre de trop, on peut se mettre en danger mortel. Sur la route, c'est connu, un verre ça va, trois verres, bonjour les dégâts. Mais il existe aussi le...

Les IVG ne diminuent toujours pas en France…Publié le 12/07/2013 - 10h39

Depuis environ 6 ans, après des années d’augmentation, le nombre d’IVG annuel s’est stabilisé en France. Mais il n’amorce aucun recul. Comment faire pour améliorer ces chiffres ?

Plus d'articles