Le gouvernement décide de protéger les enfants à naître contre l'alcool

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 18 Août 2004 : 02h00
-A +A
Anne-Marie Paillet, sénateur de la Réunion peut se réjouir : l'Etat va enfin prendre les mesures qu'elle préconisait pour prévenir l'alcoolisation foetale, responsable, après les causes génétiques, de la grande majorité des retards mentaux. Toutes les femmes enceintes devraient s'abstenir de boire pendant toute leur grossesse : c'est le seul comportement à promouvoir.

Retard mental, malformations de la face, troubles de la vision, retard de croissance L'alcool passe directement du sang de la maman enceinte dans le cerveau de son enfant et y fait nombre de dégâts redoutables. Et une faible quantité suffit car il est maintenant démontré qu'un à deux verres pris quotidiennement peuvent suffire pour générer de telles conséquences.

En pratique, il faut s'abstenir de boire pendant toute la grossesse, du début à la fin. Il faut s'arrêter dès le diagnostic fait, les verres pris avant n'étant pas dangereux dans la mesure où la formation des organes du foetus n'est pas encore commencée à ce stade. Et il faut s'abstenir jusqu'au bout.

Un manque d'information préjudiciable

C'est simple, mais encore faudrait-il le savoir ! Or jusqu'à présent le gouvernement était sourd face aux propositions d'Anne-Marie Paillet (Sénateur Union du Centre - Réunion) ou encore de professionnels comme le Dr Maurice Titran, pédiatre à Roubaix, de prévenir les femmes enceintes du danger de l'alcool pour leurs enfants en gestation. Les chiffres étaient mal cernés et le lobby de l'alcool était très actif. Les chiffres sont pourtant très importants car ils concernent 700 à 2.000 enfants sur les 750.000 naissances de chaque année (soit 2 pour mille naissances selon l'INSERM).

C'est l'annonce par Maître Benoît Titran (fils du fameux pédiatre), d'une action judiciaire ce 5 août 2004 qui a tout déclenché. Le ministère de la santé annonce ainsi : - une campagne de prévention de la consommation excessive d'alcool qui comprendra un volet pour promouvoir l'abstinence pendant la grossesse,- une information des femmes enceintes lors de la remise d'un test de grossesse en pharmacie, en lien avec l'Ordre des pharmaciens,- l'inscription d'informations relatives à la consommation d'alcool pendant la grossesse dans le carnet de suivi de la maternité tenu par les sages-femmes,- le soutien de la formation des médecins généralistes pour améliorer la prise en charge de la consommation d'alcool en France,- une information en direction des élèves des collègues et lycées sur le syndrome d'alcoolisation foetale en milieu scolaire.- une mesure législative qui permettra d'apposer sur les contenants d'alcool un avertissement sanitaire en direction des femmes enceintes pour les informer des risques liés à la consommation d'alcool et recommander l'abstinence.

La mise en place d'un observatoire complètera ce dispositif qui devrait enfin aider les futures mamans à protéger leurs bébés des méfaits de l'alcool.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 18 Août 2004 : 02h00
Source : Site du ministère de la santé : www.sante.gouv.fr
A lire aussi
Alcool : votre corps se souvient de chaque verre Publié le 10/11/2004 - 00h00

Les slogans utilisant des critères évasifs tels que « boire avec modération » ou « sans excès » ne sont pas, de toute évidence, assez porteurs pour mettre en garde contre les dangers liés à la consommation d'alcool. Une nouvelle campagne de prévention s'engage autour d'un slogan…...

Alcool et grossesse Publié le 28/01/2004 - 00h00

Une femme enceinte sur vingt a des problèmes chroniques avec l'alcool. Ce chiffre important fait d'autant plus peur que les effets de l'alcool sur l'enfant sont graves et importants. Pas de panique pour autant si vous avez bu un peu d'alcool en début de grossesse. Quelle que soit votre attitude...

Plus d'articles