Les Français face à l'alcool : un déni flagrant de l'effet cancérigène

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 26 Décembre 2006 : 01h00
-A +A
Les Français ne retiennent de l'alcool que ses bénéfices sur le plan cardiovasculaire. Ainsi, ils minimisent ses autres effets, qui eux, sont dangereux. Il faut pourtant savoir que l'alcool est un puissant cancérigène, même à faible dose. Les bienfaits cardiovasculaires contrebalancent-ils l'effet cancérigène ?

Alcool et cancer

Les résultats du premier baromètre cancer viennent d'être présentés par l'Institut national de prévention et d'éducation à la santé (Inpes). Son objectif : observer les comportements et les attitudes, appréhender les connaissances et les opinions des Français en matière de santé et plus particulièrement au regard du cancer.

Cette enquête téléphonique a été réalisée auprès de 4.000 Français âgés de 16 ans et plus entre avril et juin 2005.

Il se dégage qu'en dépit des progrès préventifs et curatifs, le cancer demeure la maladie grave par excellence pour 92% des Français, loin devant le sida et les maladies cardiovasculaires. De plus, ils considèrent que le monde est potentiellement chargé de facteurs cancérigènes. Mais pour les 90% des Français, de nombreux cancers sont guérissables et la douleur des malades est mieux prise en charge.

Déni flagrant des dangers de l'alcool

En revanche, les facteurs de risques liés à la consommation de tabac ou d'alcool sont fortement minimisés. Mais le déni porte davantage sur son propre risque que sur le risque général.

Concernant l'alcool, la majorité des personnes interrogées estiment que boire plus de trois verres d'alcool par jour favorise l'apparition d'un cancer (81,4 %).

Mais on constate que les Français nourrissent un déni du risque associé à l'alcool en le minimisant, en le relativisant, en mettant l'accent sur les effets criminogènes de l'alcool ou sur les effets des différents types d'alcool, comme par exemple en valorisant le vin et en dépréciant les alcools forts. Certaines opinions prennent même le contre-pied des messages préventifs, comme de cantonner le risque alcoolique à l'ivresse, alors que le slogan en 2004 était justement : « L'alcool, pas besoin d'être ivre pour en mourir ».

Par ailleurs, la médiatisation des effets bénéfiques du vin sur la santé, principalement assurée par les producteurs vinicoles, a trouvé et trouve toujours bon écho.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 26 Décembre 2006 : 01h00
Source : Dossier de presse de l'Institut national de prévention et d'éducation à la santé (Inpes), Baromètre cancer 2005, 11 décembre 2006.
A lire aussi
Vrai faux sur l'alcool Publié le 08/02/2010 - 00h00

L'alcool est l'objet de nombreuses croyances et fausses idées, chacun adoptant celles qui lui conviennent le mieux... L'alcool fait grossir ou maigrir ? Un petit verre nous réchauffe-t-il vraiment ? Ou encore, quelle est la dose d'alcool bénéfique pour la santé ? Réponses aux questions.

Le vin, ami ou ennemi ? Publié le 02/06/2014 - 08h00

On l’entend souvent : « le vin, c’est plein de bonnes choses, c'est bon pour le  cœur ! ». Mais, entre les vertus supposées du vin et ses potentiels dangers pour la santé, comment savoir ce qui pèse le plus lourd dans la balance ?

Existe-t-il une dose d'alcool optimale pour la santé ? Publié le 29/05/2006 - 00h00

Au-delà de 2 verres d'alcool par jour chez les femmes et de 3 verres d'alcool par jour chez les hommes, le risque de mortalité globale augmente. Par ailleurs, un peu d'alcool est bon pour le coeur… Se pose alors une question : quelle est la dose idéale d'alcool à consommer ? Le point avec...

Plus d'articles