Femmes dépressives, la lecture vous préserve de l'obésité !

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 18 Septembre 2002 : 02h00

Les femmes dépressives ont tendance à prendre du poids. En revanche, celles qui s'adonnent fréquemment à la lecture sont préservées de cette dérive vers l'obésité.

© Istock

Les chercheurs de l'étude « Fleurbaix Laventie ville santé », réalisée par l'Observatoire des habitudes alimentaires et du poids depuis 10 ans dans le Nord-Pas-de-Calais, démontrent que la dépression favorise la prise de poids chez les femmes. En effet, 25% des femmes en surpoids sont déprimées, contre 14% des sujets féminins de poids normal. En revanche, cette relation n'est pas observée avec les hommes. Chez ces derniers, la déprime les oriente plutôt vers la dépendance au tabac, qui inversement freine la prise de poids.

Des différences attribuées aux catégories sociales

PUB

Cette étude montre également que l'obésité est plus fréquente dans les populations féminines de faible niveau d'étude. Ainsi, les femmes qui lisent souvent sont moins sujettes au surpoids. Certes, cette constatation peut surprendre car la lecture est une activité sédentaire, mais les grandes lectrices ont davantage conscience de l'importance d'une bonne hygiène de vie (alimentation équilibrée et pratique d'exercices physiques).

Coup double pour le mode de vie équilibré : non seulement il permet de lutter contre la prise de poids, mais également contre la dépression, « à corps sain, esprit sain » !

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 18 Septembre 2002 : 02h00
Source : Observatoire des habitudes alimentaires et du poids, étude " Fleurbaix Laventie ville santé " menée depuis 10 ans dans le Nord-Pas-de-Calais auprès d'un échantillon de 6.666 habitants de Fleurbaix et Laventie, coordonnée par le docteur Jean-Michel Borys, parrainée par plusieurs ministères, août 2002.
PUB
PUB
A lire aussi
Le surpoids des hommes nuit à la fertilitéPublié le 05/07/2011 - 07h36

Une nouvelle étude sur la fertilité pointe du doigt le rôle néfaste du surpoids chez l’homme. Plus le poids augmente, et plus le sperme se raréfie en spermatozoïdes. Autrement dit, quelques mesures simples, dont la perte de poids, pourraient contribuer à améliorer la fécondité des...

Plus d'articles