Enfant maladroit : et si c'était la dyspraxie ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 13 Octobre 2008 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 25 Avril 2014 : 09h08
-A +A
Benjamin est un enfant très maladroit. Il tombe souvent, se cogne, fait tomber sa fourchette ou sa cuillère par terre… Il a aussi du mal à s'habiller seul, cela lui prend des heures et c'est fait tout de travers car il s'y prend mal. Sa maladresse se manifeste aussi dans tout ce qui est pratique : il ne sait quasiment pas se servir de ciseaux et tout ce qu'il fait paraît bâclé, ses dessins comme tout ce qui concerne le travail manuel…

Qu'est-ce que la dyspraxie ?

Ses parents ont l'impression qu'il ne fait aucun effort pour bien se comporter. Pourtant, Benjamin n'est pas, en réalité, un enfant qui n'écoute pas et qui se fiche de ce que pensent les autres. Benjamin est dyspraxique.

Dsyspraxie : qu'est-ce que cela signifie vraiment ?

Hervé Glasel*, neuropsychologue et spécialiste du développement de l'enfant et de l'adolescent, nous explique clairement ce qui est un peu compliqué !

La dyspraxie est un trouble du développement, une difficulté à acquérir un comportement qui est normalement présent chez les personnes du même âge. Ce comportement difficile à acquérir, c'est celui des gestes, et particulièrement de la motricité fine.

Benjamin n'a pas eu de mal à apprendre à marcher, ni plus tard, à nager. Car c'est au niveau des gestes plus fins qu'il est en difficulté. Pourquoi ? C'est que s'il comprend très bien ce qu'il faudrait faire, son esprit n'arrive pas à commander son corps de manière bien coordonnée. En effet, quand vous réalisez un geste, il s'agit d'une suite de mouvements programmés. Vous devez commencer par apprendre ce geste puis l'intégrer dans votre répertoire mental de manière quasi-automatique. À ce moment-là, vous n'avez plus besoin de penser à ce mouvement, puisqu'un pilote automatique interne le fait à votre place.

Prenons un exemple :

Se servir de baguettes chinoises, ce n'est pas facile au début. Cela s'apprend. Si vous les utilisez souvent, vous finissez par connaître ce geste et vous pouvez manger tranquillement, sans penser à tous les mouvements que vous êtes en train de coordonner.

Le problème de l'enfant dyspraxique, c'est que, même s'il comprend, même s'il est capable de le faire, il ne parvient pas à rendre cet apprentissage automatique. Son cerveau a un problème à intégrer cela. Pour avoir des gestes fluides, il faudrait qu'il soit sans cesse dans le contrôle, qu'il y pense en continu, ce qui est impossible. Aussi pour s'habiller, il faudrait qu'il pense : " Je commence par mettre mes vêtements à l'endroit, dans le bon sens, puis j'enfile ma tête dans l'ouverture du pull, puis je mets une main dans la première manche... " Il se trouve chaque matin comme si c'était la première fois qu'il devait faire ce mouvement, quand les autres s'habillent sans y penser en passant déjà en revue dans leur tête le programme de la journée.

Du coup, cet enfant est ralenti dans beaucoup de domaines, même si son intelligence est tout à fait normale. Il n'aime pas les jeux de construction comme le Lego, le Meccano, car il est totalement malhabile en ce domaine. Empiler les cubes, ce n'est pas sa tasse de thé.

Un enfant dyspraxique est maladroit, et alors, ce n'est pas si gênant ?

Et bien si, c'est très gênant car le geste qui va finir par poser un problème crucial, c'est celui de l'écriture.

En maternelle, les dessins de Benjamin étaient déjà très brouillons par rapport à ceux des enfants de sa classe. Mais son écriture est une catastrophe. Il n'arrive pas à rendre automatique le geste qui permet d'écrire. Cet aspect de la dyspraxie s'appelle une dysgraphie.

Benjamin aura aussi des difficultés en géométrie, car, s'il comprend très bien les concepts, il a du mal à tenir une règle, un compas, un crayon et à inscrire ce qu'il comprend dans l'espace.

Le résultat, c'est que Benjamin, brillant à l'oral, avec une importante capacité d'abstraction, est un mauvais élève parce qu'il ne parvient pas à s'exprimer par écrit à cause de cette barrière dans l'expression corporelle.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 13 Octobre 2008 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 25 Avril 2014 : 09h08
A lire aussi
Et si un bilan psychologique était utile à votre enfant ? Publié le 25/03/2008 - 00h00

Dans une classe d'âge donnée, 5 à 10 % des enfants rencontrent des difficultés d'apprentissage. Ces troubles toucheraient plus souvent les garçons que les filles. Hervé Glasel, neuropsychologue spécialisé dans le développement de l'enfant et de l'adolescent, nous répond.

La dyslexie : coup de pouce aux enfants DYS Publié le 03/11/2016 - 13h25

La dyslexie est un trouble qui se manifeste par une mauvaise association entre les lettres et les sons, et par une difficulté à saisir rapidement un mot dans sa globalité : l’enfant déchiffre  lentement et fait des erreurs. Ce trouble de l’apprentissage du lange écrit met les enfants en...

Le cerveau et la musique : sont-ils en harmonie ? Publié le 08/09/2015 - 09h47

Apprécier la musique, cela s’apprend, mais c’est aussi quelque chose d’inné. Il suffit d’observer de tout petits enfants écouter une chanson… et danser spontanément. Mieux encore, la musique est aussi davantage qu’un plaisir, un outil pouvant servir très utilement notre cerveau.

Plus d'articles