Un enfant bien dans sa peau

Publié par Wiliam Memlouk, journaliste le Lundi 15 Décembre 2008 : 01h00
-A +A
Un enfant qui a confiance en lui est capable de relever les défis sans crainte ni complexe. En veillant à favoriser son estime de soi, vous lui offrirez donc, à coup sûr ou presque, les clés de la liberté, de l'amour de soi et du bonheur.

D'une façon ou d'une autre, chacun des complexes humains remonte à l'enfance. Aussi, les mots avec lesquels nous parlons à nos petits, le regard que nous posons sur eux, le temps que nous prenons pour les écouter représentent autant d'éléments qui leur donnent, jour après jour, la certitude d'être aimé… et de s'aimer.

De 0 à 1 an : répondre à leurs attentes

Un bébé a des besoins essentiels : manger, dormir, être câliné. Lui donner à manger quand il a faim, le coucher quand il a sommeil, le prendre dans ses bras quand il le réclame. Grâce à ces gestes d'amour, bébé comprend vite que ses demandes sont prises en compte. Le respect de ses rythmes, l'écoute, la tendresse dont il va bénéficier vont le rassurer, le mettre en confiance. Répondre au mieux à ses attentes permet tout simplement de poser les bases indispensables à sa sécurité affective.

De 1 à 2 ans : leur donner confiance

Ensuite, il faut garder à l'esprit que les apprentissages ne se font pas d'un seul coup : les enfants n'apprennent pas à parler en un jour ou à faire du vélo en une heure ! L'essentiel est de ne pas s'énerver pour ne pas les blesser. Un enfant blessé risque rapidement de se dévaloriser.

Publié par Wiliam Memlouk, journaliste le Lundi 15 Décembre 2008 : 01h00
Source : Psychoenfants, décembre 2008.
A lire aussi
Enfant : bien dans sa peau Publié le 26/12/2006 - 00h00

Un enfant qui a confiance en lui est capable de relever les défis sans crainte ni complexe. En veillant à favoriser son estime de soi, vous lui offrirez donc, à coup sûr ou presque, les clés de la liberté, de l'amour de soi et du bonheur.

Pédiatre ou généraliste ? Publié le 03/03/2004 - 00h00

Le médecin de votre bébé doit-il être pédiatre ou généraliste ? L'idéal serait peut-être de faire appel aux deux, afin de bénéficier de leurs compétences complémentaires. Mais le plus important est un bon " feeling ". D'où toute la portée du choix et d'en changer le cas échéant.

Et si un bilan psychologique était utile à votre enfant ? Publié le 25/03/2008 - 00h00

Dans une classe d'âge donnée, 5 à 10 % des enfants rencontrent des difficultés d'apprentissage. Ces troubles toucheraient plus souvent les garçons que les filles. Hervé Glasel, neuropsychologue spécialisé dans le développement de l'enfant et de l'adolescent, nous répond.

L’autorité avant 3 ans Publié le 17/12/2010 - 08h46

L’enfant entre en opposition vers 18 ou 24 mois, c’est ce que l’on appelle “les terrible two’s”. C’est donc l’heure des premiers “non” et des explications pour que les enfants intègrent en douceur les limites et leur raison d’être. ...

Plus d'articles