Ce billet fait partie du blog "Le blog de la Rédaction".

Dépister le cancer du côlon avec une simple prise de sang ?

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 31 Juillet 2012 : 10h44
Mis à jour le Vendredi 12 Avril 2013 : 11h11
-A +A

Beaucoup d’entre nous rebutent à se faire dépister pour le cancer du côlon, les tests proposés (analyse de selle sur plusieurs jours ou coloscopie) n’étant pas très « glamours ».

Du coup moins de la moitié d’entre nous font le dépistage, ce qui permet à ce cancer redoutable de tuer plus de 17.000 personnes par an en France… 

Si vous avez plus de 50 ans et si vous n’arrivez pas à faire votre dépistage du cancer du côlon, sachez qu’il est possible de le faire aujourd’hui avec une simple prise de sang.

Pourquoi le dépistage du cancer du côlon est-il si important ?

Ce qu’il faut bien comprendre avec le cancer du côlon, c’est que s’il est diagnostiqué à un stade très précoce, une simple chirurgie suffit à obtenir une guérison parfaite dans 95 % des cas.

Autrement dit, ce qui compte, c’est de faire des dépistages réguliers à partir de l’âge de 50 ans, sans attendre le moindre symptôme (sang dans les selles ou perturbation anormale du transit intestinal).

Aujourd’hui 4 méthodes de dépistage du cancer du côlon s’offrent à vous et vous pouvez en parler avec votre médecin traitant.

L’Hémoccult 2 pour la recherche de sang dans les selles

L’Hémoccult 2, ou test de recherche de sang dans les selles, est le plus classique. Le principe est de rechercher la présence de sang dans les selles car la tumeur ou les polypes intestinaux ont tendance à saigner régulièrement. C’est ce test qui est proposé systématiquement aux personnes de plus de 50 ans par l’Institut National du Cancer qui leur envoie un courrier pour consulter leur médecin, ou qui leur envoie directement à leur domicile un kit de prélèvement des selles.

Il faut alors prélever soi-même deux échantillons de selle et les déposer sur le kit, et ce à trois reprises sur trois jours. Il suffit ensuite de poster le kit, grâce à l’envelopper T jointe.

Les résultats sont négatifs dans 97 % des cas. Il faut alors refaire le test 2 ans plus tard. Si le test est positif, il faut faire une coloscopie pour comprendre quelle est l’origine du saignement trouvé (cancer du côlon, mais heureusement, il s’agit le plus souvent de causes banales comme des hémorroïdes).

Ce test est aujourd’hui fait par une personne sur dix à une personne sur deux selon les départements. En effet 40 % des gens ignorent la campagne et ne sont probablement pas prêts à se lancer dans une manipulation de selles qu’ils trouvent désagréable.

Publié par Dr Philippe Presles le Mardi 31 Juillet 2012 : 10h44
Mis à jour le Vendredi 12 Avril 2013 : 11h11
Ce billet fait partie du blog : Le blog de la Rédaction
A lire aussi
Cancer du côlon : comment se faire dépister ? Publié le 08/06/2014 - 22h00

Face au cancer du côlon, nous n’avons pas tous le même niveau de risque.Or c’est ce niveau de risque qui dicte la stratégie de dépistage à suivre.Globalement, il y a des personnes à risque de cancer colorectal à qui l’on recommande un dépistage individuel à mettre en place avec son...

Cancer du côlon Publié le 21/01/2002 - 00h00

Le cancer colorectal représente le 2e cancer le plus fréquent chez la femme (derrière le cancer du sein) et le 3e chez l'homme (derrière le cancer de la prostate et du poumon). Il se développe généralement à partir de polypes bénins et peut mettre plusieurs années à se manifester.

Plus d'articles