Cancer colorectal : la viande et ses multiples risques

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 18 Septembre 2000 : 02h00
-A +A
Selon l'Institut Américain pour la Recherche sur le Cancer, la consommation de viande augmente le risque de cancer colorectal. En pleine épidémie de la vache folle, cette découverte pourrait contribuer une fois de plus à dissuader les carnivores et à encourager les végétariens.

Il s'agit de la plus vaste étude évaluant l'effet du régime alimentaire sur le risque de cancer colorectal. On participés 500 000 sujets provenant de 9 pays européens. Même si ces résultats ne sont que préliminaires, ils sont éloquents (les résultats définitifs sont attendus pour avril 2001) :· 385 patients ont développé un cancer colorectal,· la consommation de viande la plus élevée est associée à une augmentation de 40% du risque de ce cancer,· inversement, la consommation de viande la plus faible est associée à une diminution du risque de 40%.

La prévalence du cancer colorectal

Avec 33 500 nouveaux cas par an, le cancer colorectal représente 15% de tous les cancers. Cette proportion étant majorée de 10% tous les 5 ans, ce type de cancer va bientôt être au premier rang des tumeurs malignes dans les pays occidentaux. De plus, le pronostic, qui est de 50% de survie après 5 ans, n'a que très peu évolué au cours des vingt dernières années.Ce constat alarmant semble paradoxal lorsque l'on sait qu'il existe une prédisposition génétique à ce type de cancer. Le suivi régulier des sujets prédisposés devrait permettre d'éviter l'apparition de cette maladie ou de la diagnostiquer dès ses débuts.

Symptômes et dépistage

Les premières manifestations sont digestives : constipation, douleurs persistantes dans l'abdomen, saignements digestifs entraînant du sang dans les selles.Le dépistage se fait par recherche de sang dans les selles. Lorsque le résultat est positif, un examen endoscopique (exploration visuelle grâce à un tube optique) est pratiqué pour confirmer ou non la présence d'un cancer ou de lésions précancéreuses (polypes).Par ailleurs, des progrès en terme de prévention et de détection devraient bientôt voir le jour : le gène responsable de la plus fréquente des polyposes familiales a été identifié ; un test de détection par recherche de sang dans les selles est à l'étude.

En attendant des résultats plus précis, ainsi que la mise en place d'un programme de dépistage de masse pour endiguer l'évolution de ce cancer (prévue pour début 2001), les sujets à risque ont tout intérêt à consulter leur médecin et à diminuer dès maintenant leur consommation en produits carnés et à augmenter en contrepartie, celle de fruits et de légumes verts, riches en fibres, en raison de leur effet protecteur contre ce type de cancer.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 18 Septembre 2000 : 02h00
Source : Riboli. The annual meeting of the American Institute for Cancer Research. Sept 2000.
A lire aussi
Le cancer colorectal et ses prédispositions génétiques Publié le 22/04/2011 - 08h59

Le programme de dépistage organisé du cancer colorectal est destiné à toutes les personnes âgées de plus de 50 ans. Diagnostiqué tôt, il peut être guéri dans plus de 9 cas sur 10. Cependant, il existe des cas de transmission héréditaire du cancer colorectal qui nécessitent une prise en...

Plus d'articles