Comment réagir au stress ? Se brancher sur le problème ou sur nos émotions ?

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 27 Avril 2009 : 02h00
Lorsqu'un événement se produit, nous réagissons selon le principe que toute action entraîne une réaction. Chacun d'entre nous possède sa stratégie, et il en existe de nombreuses, très différentes les unes des autres, qui donnent des résultats variables.

Tiphanie vient d'apprendre qu'elle n'était pas reçue à son concours. Elle est choquée par cette annonce et très angoissée. Comment va-t-elle réagir ? Elle peut se mettre à pleurer et rester au lit pendant 3 jours. Elle peut s'énerver et râler contre la malchance. Elle peut aussi sortir avec des amis pour faire la fête, elle peut s'étourdir avec de l'alcool ou des pétards, décider de partir voyager. Elle peut encore se culpabiliser de ne pas avoir suffisamment travaillé, ou mettre en place un moyen de repasser ce concours, ou décider de trouver une autre voie professionnelle…

Ces différentes suppositions ne s'opposent pas les unes les autres, car Tiphanie peut en vivre plusieurs simultanément ou l'une après l'autre.

Certains psychologues classent les différentes réactions devant un problème stressant en deux principaux axes : la stratégie évitante et la stratégie vigilante pour réagir au stress.

La stratégie évitante

La stratégie évitante est mise en place par les personnes qui sont surtout centrées sur leurs émotions. Ici, l'angoisse de Tiphanie peut entraîner une réaction qui vise à faire diminuer le plus rapidement possible cette émotion désagréable. Tiphanie va éviter tout ce qui peut lui faire penser à son concours. L'évitement peut consister à décider de voyager ou d'aller faire la fête par exemple. Il pourrait aussi s'agir d'apprendre une technique de relaxation pour se sentir mieux, de décider de se faire du bien en apprenant la salsa, ou de trouver un loisir qui occupera l'esprit.

L'évitement est généralement une mesure rapidement efficace pour contenir l'angoisse. Elle peut néanmoins présenter un aspect très négatif si cet évitement passe par l'alcool, le cannabis ou autres drogues.

La stratégie vigilante

La stratégie vigilante est toute à l'opposé, non plus centrée sur l'émotion, mais sur le problème lui-même. Il s'agit de chercher des solutions concrètes au problème. Pour Tiphanie, ce pourrait être, par exemple, d'aller chercher des documentations, sur l'orientation professionnelle, qui lui apporteront des solutions pour trouver sa voie. Cela peut consister à aller voir un conseiller d'orientation, à faire un bilan de compétences, à demander conseil à des amis. Elle pourrait aussi chercher à contacter des anciens qui ont réussi le même concours pour comprendre ce qu'elle peut améliorer si elle veut le repasser à nouveau.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 27 Avril 2009 : 02h00
Source : Paulhan et M. Bourgeois, Stress et coping, les stratégies d'ajustement à l'adversité, Puf, 1995.
A lire aussi
Comment s'adapter au stress ?Publié le 06/10/2008 - 00h00

Chacun d'entre nous rencontre fatalement des situations stressantes. Certains y réagissent mieux que d'autres. Alors que des personnes tombent malades ou ressentent des tensions intérieures terribles, d'autres savent s'y adapter et les surmonter. Comment faire pour absorber, dépasser, surmonter...

StressPublié le 31/05/2001 - 00h00

Le stress exprime l'état réactionnel d'un organisme soumis à l'action d'un excitant ou d'une pression quelconque. Il est le plus souvent une réaction nerveuse ou psychologique à une émotion désagréable et intense.Le stress peut parfois être utile, en mobilisant les énergies et les efforts...

Quand le stress devient chronique…Publié le 30/03/2015 - 15h02

Le stress est une réaction naturelle devant une situation ou un événement pouvant nous mettre en danger. Il s’agit donc d’une alerte efficace pour nous inciter à réagir et à nous adapter. En cela, le stress est une bonne chose. Mais quand il devient chronique, tout change.

Psycho : éviter le perfectionnismePublié le 28/05/2007 - 00h00

Si vouloir bien faire, c'est une qualité, être trop perfectionniste devient un défaut. Et ce défaut vous gâche la vie à vous en première ligne. Les autres peuvent aussi en être incommodés, mais bien moins que vous, qui souffrez de ce défaut en permanence.

Plus d'articles