Comment choisir son lecteur de glycémie ?

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 05 Décembre 2014 : 17h25
Mis à jour le Lundi 19 Octobre 2015 : 15h20

Vous êtes diabétique et vous allez devoir vous équiper d’un lecteur de glycémie ?

Votre objectif : surveiller votre taux de sucre dans le sang pour contrôler votre diabète.

Mais comment choisir un lecteur de glycémie ? Quels sont les critères à considérer ?

Le point avec Hachemi Saloua, cadre de santé du service de diabétologie, d’endocrinologie et de nutrition à l’hôpital Bichat Claude Bernard à Paris.

© Istock

Il existe de nombreux lecteurs de glycémie sur le marché. Tous sont différents en design et en fonctionnalités. Mais en quelques mots, le lecteur de glycémie doit être adapté au patient. Détaillons les points essentiels à considérer pour faire le bon choix.

La dextérité du lecteur de glycémie

La prise en main de l’appareil est essentielle. Pour une bonne tenue dans la paume, il doit avoir une taille et une forme adaptées mais aussi être suffisamment léger. Il importe donc de tenir compte de la morphologie de la personne et de sa force. À noter qu’il existe des lecteurs antidérapants.

La fonctionnalité de l’appareil est un autre aspect à examiner : accès aux touches, taille, sensibilité, facilité d’utilisation, de navigation, etc. L’intuitivité de l’appareil s’avère de fait un point important pour faciliter son usage par le patient.

La visibilité

L’écran doit être le plus lisible possible et correspondre au profil du patient. Ici importent les complications, le degré du diabète et le déséquilibre glycémique. Un exemple tout simple : un diabétique présentant une atteinte de la rétine (complication fréquente chez le diabétique) aura besoin d’un affichage à gros caractères. Les fonctionnalités de l’écran sont donc des paramètres à considérer en fonction des handicaps de chacun : chiffres en gras, taille des caractères, luminosité, rétroéclairage (très utile pour les lectures nocturnes), etc.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Vendredi 05 Décembre 2014 : 17h25
Mis à jour le Lundi 19 Octobre 2015 : 15h20
Source : Interview de Saloua Hachemi, cadre de santé du service de diabétologie, d’endocrinologie et de nutrition à l’hôpital Bichat Claude Bernard à Paris.
A lire aussi
Trackers d’activité : pas un pas sans eux !Publié le 10/06/2016 - 10h55

Il s’est vendu 800 000 trackers d’activité l’an dernier, soit le double de 2014. Bracelets et montres connectées ont le vent en poupe, notamment pour aider chacun à atteindre ses 10 000 pas par jour ainsi que le recommande l’OMS. Mais lequel choisir ? Pour quelle activité ? Et peut-on...

Plus d'articles