" Ceinturer " les enfants en voiture : plus de 300 vies à gagner !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 05 Mars 2001 : 01h00
-A +A
Chaque année, des centaines d'enfants sont tués ou handicapés à vie car les parents omettent de boucler la ceinture de sécurité à l'arrière de la voiture familiale. Pour au moins protéger les enfants, la Sécurité Routière se lance à nouveau dans une campagne de prévention pour que le port de la ceinture à l'arrière, obligatoire depuis 1990, soit enfin respecté.

Lorsqu'un véhicule est lancé à 80, 100 ou 130km/h et qu'un accident survient, le conducteur comme le passager sont projetés à une vitesse équivalente. L'enfant qui se trouve à l'arrière n'est hélas absolument pas épargné. Pourtant, nombre de parents considèrent encore l'habitacle arrière comme un espace protégé, notamment en raison de l'absence de pare-brise et de tableau de bord. Or il n'en est rien, et c'est pourquoi le seul rempart à l'accident est le port de la ceinture de sécurité ou du dispositif de retenue agréé pour les jeunes enfants. Sans cet équipement, ils risquent d'être éjectés du véhicule ou de s'écraser sur le dossier avant, sur l'appuie-tête ou encore contre le montant de la portière.

Accidents de la route : 70% des traumatismes crâniens chez les enfants

Environ 70% des polytraumatismes crâniens graves chez l'enfant sont dus à des accidents sur la voie publique, résultat de négligences parentales. L'exemple type de cette insouciance peut être représenté par une fin de soirée, au moment de quitter ces amis lorsqu'on reprend la voiture ; fatigués, les enfants sont à moitié endormis et on ne prend pas le soin de boucler les ceintures car les systèmes d'attache ne sont pas adaptés à la position allongée ; mais en cas de choc, les conséquences sont dramatiques, le traumatisme crânio-facial est assuré sans parler d'une vitre brisée …

A l'avant, la ceinture de sécurité est obligatoire depuis 1973 hors agglomération puis généralisée en 1979. A l'arrière, elle l'est depuis 1990. Son oubli coûte entre 750 et 1.300 vies chaque année et précisément à l'arrière près de 300 à 400, principalement de très jeunes enfants !Côté constructeur, le problème n'est pas négligé, notamment dès 2002, il est prévu d'équiper le siège central arrière des voitures d'une troisième ceinture, non plus avec une fermeture ventrale, mais avec un système en trois points d'attache.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Lundi 05 Mars 2001 : 01h00
Source : Direction de la Sécurité routière au ministère des Transports, campagne de la Sécurité Routière, février 2001.
A lire aussi
" Bouclez-la et faites-la boucler ! " Publié le 15/07/2002 - 00h00

Le port de la ceinture de sécurité à l'arrière et lors des courts trajets, n'arrive pas à s'ancrer dans les pratiques des Français. Pourtant, la boucler permettrait de sauver 800 à 1.200 vies chaque année.

Traumatisme crânien : le handicap invisible ! Publié le 13/10/2008 - 00h00

Chaque année, en France, 160 000 personnes sont victimes d'un traumatisme crânien et près de 8 000 restent gravement handicapés. Outre les conséquences physiques (tétraplégies…), les traumatismes crâniens transforment parfois profondément le comportement et la personnalité des victimes :...

Plus d'articles