Le cancer se guérit de mieux en mieux

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 10 Mai 2006 : 02h00
-A +A
Aujourd'hui, les chances de guérir d'un cancer sont très élevées. Dix ans après le diagnostic d'un cancer, 98% des personnes encore en vie peuvent être considérées comme guéries car le taux de rechute n'est plus alors que de 2%. Ce taux de survie s'accroît au gré des avancées thérapeutiques mais aussi grâce aux progrès réalisés en matière de prévention et de dépistage.

La survie après un cancer dépend de nombreux facteurs

Les chances de guérir d'un cancer augmentent avec le temps : durant la première année qui suit le dépistage, elles sont de 73% et atteignent 98% dix ans plus tard. Très tôt après le dépistage, elles sont plus importantes chez les femmes (80% à un an et 98% à dix ans) que chez les hommes (respectivement 67% et 98%). Le taux de guérison est également plus élevé chez les plus jeunes.Un autre facteur qui influence la guérison du cancer est la période de diagnostic. Les diagnostics les plus récents (1992-1994) s'accompagnent d'une hausse des guérisons comparativement aux plus anciens. Cette constatation témoigne des formidables progrès réalisés dans la prise en charge des personnes atteintes d'un cancer.

Des différences flagrantes selon les cancers

Si passé les dix premières années après un cancer la survie est à ce stade de 98%, celle-ci varie en fonction du type de cancers. En grande partie grâce au dépistage systématique, les chances de guérison après un cancer du sein ont considérablement augmenté. C'est également le cas du cancer des testicules qui était en 1980 une des plus grandes causes de mortalité. Aujourd'hui, la survie à trois ans est élevée et quasi-assurée à dix ans. Concernant le cancer du poumon, deuxième cancer le plus fréquent chez l'homme et quatrième chez la femme, le pronostic reste sombre. Une des explications est que moins de 20% des tumeurs sont diagnostiquées à un stade précoce. Or plus la tumeur est à un stade avancé, plus l'efficacité des traitements diminue.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 10 Mai 2006 : 02h00
Source : Dossier de presse Inserm, Expertise collective, " Cancers - pronostics à long terme ", 19 avril 2006.
A lire aussi
Survivre au cancer du poumon : la piste du scanner spiralé Publié le 16/01/2006 - 00h00

Pourquoi le cancer du poumon reste-t-il le plus meurtrier ? Face à l'impuissance des traitements, quels sont les moyens de diagnostic ? Une radiographie annuelle du thorax permet-elle un dépistage précoce ? Si oui, pourquoi le nombre de décès ne diminue-t-il pas ? Quelle est la place du scanner...

Fumeurs, vous pouvez échapper au cancer du poumon ! Publié le 08/12/2004 - 00h00

Le risque de cancer du poumon augmente fortement chez les fumeurs. Il augmente avec l'intensité du tabagisme, sa durée et l'âge. Une étude démontre clairement l'intérêt de passer un scanner des poumons chaque année. Autre constatation, le risque de cancer du poumon ne décline nettement...

Le cancer colorectal et ses prédispositions génétiques Publié le 22/04/2011 - 08h59

Le programme de dépistage organisé du cancer colorectal est destiné à toutes les personnes âgées de plus de 50 ans. Diagnostiqué tôt, il peut être guéri dans plus de 9 cas sur 10. Cependant, il existe des cas de transmission héréditaire du cancer colorectal qui nécessitent une prise en...

Plus d'articles