Cancer du poumon : quels sont les signes d'alerte ?

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 03 Mars 2014 : 08h30
Mis à jour le Vendredi 29 Janvier 2016 : 17h06

Le cancer du poumon se situe au 2e et 3e rang des cancers les plus fréquents. En revanche, il est placé au premier rang en termes de mortalité.

Les deux problématiques actuelles sont liées à la très forte progression de ce cancer chez les femmes et à un diagnostic souvent trop tardif.

Alors, quels sont les signes évocateurs d’un cancer du poumon qui doivent alerter ?

Le cancer du poumon : première cause de décès par cancer chez l'homme

Avec environ 45.200 nouveaux cas estimés en 2015, dont la moitié chez le femme, le cancer du poumon est l'un des plus fréquents.

  • Chez l’homme, il se place au 2e rang des cancers masculins avec 30.400 nouveaux cas.
  • Chez la femme, c’est le 3e cancer avec 14.800 nouveaux cas en 2015.

    Mais chez les femmes, ce cancer est en progression constante, avec une incidence qui a triplé au cours des 20 dernières années en raison du tabagisme féminin.

Le tableau est encore plus dramatique en ce qui concerne la mortalité : en France et dans le monde,le cancer du poumon représente la première cause de décès par cancer. En effet, malgré les avancées thérapeutiques, son pronostic reste sombre, avec une survie à 5 ans n’excédant pas les 15 %.

Comment expliquer ce fort taux de mortalité du cancer du poumon ?

Le cancer du poumon est souvent diagnostiqué tardivement, ce qui diminue fortement les chances de guérison.

Et ce diagnostic tardif est lié au fait que les symptômes n’apparaissent qu’à un stade avancé de la maladie. Ainsi, outre la prévention qui repose sur la lutte contre le tabagisme, l’enjeu est de repérer le plus tôt possible les signes évocateurs d’un cancer du poumon… et d’inciter les fumeurs et ex-fumeurs à consulter.

Le tabagisme : premier facteur de risque du cancer du poumon

Le tabagisme est de très loin le premier facteur de risque de cancer du poumon (85 à 90% des cas de cancer bronchi-pulmonaire).

Plus rarement, l’exposition à des produits toxiques, notamment dans le cadre d’une activité professionnelle (même ancienne),peut aussi être en cause : amiante, arsenic, nickel, cobalt, chrome, radon, etc.

Cancer du poumon : des symptômes non spécifiques

Au début, la tumeur du poumon ne se traduit par aucun symptôme.

Ce n’est que lorsque la tumeur grossit ou atteint d’autres tissus avoisinants comme la plèvre que des signes peuvent se manifester, et encore, ceux-ci ne sont toujours pas spécifiques au cancer du poumon.

Voici néanmoins une liste des signes qui doivent alerter et amener à consulter, d’autant plus s’ils surviennent chez un fumeur ou ex-fumeur :

  • Une toux qui s’éternise, qui s’intensifie au lieu de disparaître progressivement.
  • Des infections bronchiques à répétitions.
  • Un essoufflement.
  • Des crachats contenant du sang (même très peu).
  • Une modification de la voix, la voix devient enrouée pendant plusieurs semaines.
  • Un gonflement permanent du cou et de la face.

Des symptômes plus généraux peuvent compléter ce tableau :

  • Fatigue chronique.
  • Perte de poids inexpliquée.
  • Fièvre prolongée.
  • Maux de tête.
  • Confusion.
  • Gonflement des doigts.
  • Etc.

L’erreur à éviter :

Se dire que la toux systématique du matin est quelque chose de normal chez un fumeur.

Qu’il est normal pour un fumeur d’avoir continuellement une bronchite, d’être essoufflé et fatigué. Ces symptômes doivent amener à consulter. Et au moindre doute, le médecin recommandera une radio des poumons, une fibroscopie bronchique ou un scanner.

Publié par Dr Philippe Presles le Lundi 03 Mars 2014 : 08h30
Mis à jour le Vendredi 29 Janvier 2016 : 17h06
Source : HAS, « La prise en charge du cancer du poumon », juin 2010, guide patient -  affection de longue durée. Institut national du cancer (INCa), www.e-cancer.fr. 
A lire aussi
Cancer des testicules : quels symptômes ?Publié le 17/02/2014 - 07h30

Le cancer du testicule est un cancer relativement rare, mais c’est aussi le cancer le plus fréquent de l’adulte jeune (entre 15 et 35 ans).Il se guérit dans près de 95 % des cas. Évidemment, plus il est dépisté tôt et donc pris en charge à un stade précoce, plus la guérison est...

ExpectorationsPublié le 31/05/2001 - 00h00

En théorie, une personne en bonne santé ne crache pas. Les expectorations (crachats ou sécrétions) sont produites à la suite d'une réaction de défense de l'organisme face à une quelconque agression due à un problème interne ou en provenance du milieu extérieur.

Cancer du cerveauPublié le 19/03/2003 - 00h00

En matière de cancer du cerveau, il est important de distinguer les tumeurs primitives, les lymphomes et les métastases cérébrales, qui se traitent différemment et n'ont pas toutes le même pronostic.

Plus d'articles