Cancer de la peau et mélanome, joue pas au plus malin !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 20 Janvier 2004 : 01h00
-A +A
Aujourd'hui, c'est carrément l'inverse. Et les chiffres sont alarmants : en 2000, 7.231 nouveaux cas de mélanome, ce redoutable cancer de la peau, ont été observés, dont 42% chez l'homme et 58% chez la femme. En France, ce fléau dont l'ampleur a triplé en 20 ans, continue de progresser.

Malgré les multiples campagnes de prévention menées ces dix dernières années, le taux de mélanomes a triplé en vingt ans. Ainsi, c'est la tumeur dont l'incidence a le plus augmenté (de 5,9% par an chez l'homme et de 4,3% chez les femmes). Ce constat provient des enquêtes épidémiologiques régulièrement menées par l'association des Registres français des cancers : en 1978 et 1982, le nombre de cas annuels était estimé à 2.400. Ce chiffre dépassait 4.255 en 1995, pour atteindre cinq ans plus tard les 7.231 en 2000.

Le mélanome est plus fréquent chez la femme, mais cause davantage de décès chez l'homme : 704 décès masculins et 660 féminins en 2000. Deux hypothèses sont avancées :

  • les femmes, plus vigilantes, consultent plus tôt en cas de lésions cutanées. En d'autres termes, le diagnostic est établi plus tardivement chez les hommes ;
  • à stade égal, les cas masculins auraient une évolution plus rapide et plus sévère que les cas féminins.

Il faut savoir que cette tumeur s'observe dès l'adolescence et que le risque augmente avec l'âge. S'il prédomine chez la femme jusqu'à l'âge de 65 ans, la tendance s'inverse au-delà de cette tranche d'âge. Ces données suggèrent également de renforcer le dépistage après 65 ans. Toujours est-il que la mortalité due à ce cancer augmente de 2,9% par an chez l'homme et de 2,2% chez la femme. Encore un désavantage masculin : un homme né en 1953 a 10 fois plus de risque d'être atteint d'un mélanome qu'un homme né en 1913. Ce facteur est de 6 pour les femmes.

Les enquêtes confirment également une forte disparité géographique nord-sud : le mélanome est plus fréquent dans les populations nordiques à peau claire que dans les populations dont la peau est plus pigmentée. Ainsi, les décès prédominent en Bretagne, dans les Pays de la Loire, en Basse-Normandie et en Alsace, tandis qu'ils sont les plus faibles en Corse.

Conseils de base

Protégez vous du soleil. Protection vestimentaire systématique entre 12 et 16 heures, de mai à fin août, et ce, lors du jardinage, de la pratique d'un sport, d'une simple promenade ou d'activités professionnelles.Pas d'exposition durant l'enfance.N'utilisez pas de lampes à bronzer. Faites-vous dépister devant tout grain de beauté suspect.Attention le risque s'accroît en cas de naevus.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mardi 20 Janvier 2004 : 01h00
Source : Bulletin épidémiologique hebdomadaire, n°2/2004.
A lire aussi
Cancer et bronzage artificiel : état des lieux Publié le 23/08/2005 - 00h00

Les cabines de bronzage artificiel connaissent depuis quelques années déjà un engouement considérable. Parallèlement, une expertise publique vient de dénoncer cette pratique comme cancérigène (pouvant provoquer un cancer). Qui recourt au bronzage artificiel et pourquoi ?

Les décès en France ont diminué de 14 % entre 2000 et 2008 Publié le 18/07/2011 - 08h26

Selon le Centre d’épidémiologie sur les causes médicales de décès (CépiDc) de l’Inserm, la mortalité a diminué de 14 % entre 2000 et 2008. Les cancers sont toujours la première cause de décès tous âges confondus devant les maladies cardiovasculaires et les accidents.

Cancer : nouveaux cas en hausse, mais baisse de la mortalité Publié le 03/03/2008 - 00h00

Si le nombre de nouveaux cas annuels de cancer a considérablement augmenté ces 25 dernières années en France, le risque de mortalité du à cette maladie diminue régulièrement. Tels sont les principaux enseignements de la dernière étude présentée par l'Institut de veille sanitaire (InVS).

Plus d'articles