Bons goûters pour enfants équilibrés

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 04 Septembre 2006 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 20 Juillet 2011 : 09h36
-A +A

Qu'ils aient 3 ou 15 ans, ils sont souvent affamés en sortant de l'école. Sur le chemin du retour à la maison, il y a inévitablement une boulangerie où vous êtes tenté(e) d'entrer pour trouver de quoi calmer leur faim avec un petit pain au chocolat, un croissant ou un autre truc plein de gras. Ce n'est pas la bonne solution pour le goûter si vous voulez préserver l'équilibre alimentaire de vos chères têtes blondes. Pour différentes raisons.

Pourquoi ont-ils faim au moment du goûter ?

Parce qu'ils sont en pleine croissance, ils ont des besoins énergétiques importants. Il se peut aussi que le déjeuner à la cantine ne leur ait pas plu ou bien qu'ils l'aient consommé trop vite. La fringale alors n'en sera que plus impérieuse au moment du goûter.

Mais « déjeuner cantine » satisfaisant ou non, de toutes façons, enfants et ados ont besoin de quatre repas par jour et donc d'un goûter. Surtout - ce qui est souhaitable - s'ils enchaînent sur une activité physique en sortant de l'école.

Si un vrai petit repas n'est pas pris dans l'après-midi, le chérubin, en déficit énergétique, sera de fort mauvaise humeur et il se vengera sur un paquet de chips ou de cacahuètes, devant la télé, en attendant le dîner.

Pourquoi le goûter de la boulangerie est-il nocif ?

Pour différentes raisons qui se cumulent !

Outre le fait que les viennoiseries et autres produits "boulangers" sont trop gras et souvent trop sucrés, ils n'apportent pas de calcium, ni de vitamines. Or, les enfants/ados, quel que soit leur âge, en ont grand besoin, même au goûter. Et il ne faut pas moins de quatre repas corrects pour satisfaire ce besoin.

Le passage à la boulangerie donnera inévitablement lieu à une demande insistante de l'achat de sucreries en même temps. Résultat catastrophique de toutes façons : excès de sucre si vous acceptez, discussion fatigante, colère ou bouderie si vous refusez.

Le "goûter boulangerie" se consomme immédiatement, soit en marchant dans la rue, soit sur le siège arrière de la voiture. Que celui-ci soit plein de miettes n'est pas vraiment important (encore que). Mais ce qui l'est, c'est que l'enfant ne fait pas attention à ce qu'il mange : il engouffre sans prendre conscience de ses sensations et il y a peu de chances qu'il se sente vraiment rassasié. D'où un risque de grignotage plus tard.

À l'heure où celui-ci fait tant de ravages sur le poids des enfants, vous devez absolument donner au(x) vôtre(s) - et quitte à paraître rétrograde - la bonne habitude de manger à table, assis, tranquillement et même pour le goûter.

Publié par Paule Neyrat, Diététicienne le Lundi 04 Septembre 2006 : 02h00
Mis à jour le Mercredi 20 Juillet 2011 : 09h36
A lire aussi
Rentrée : on s'organise ! Publié le 16/08/2011 - 08h36

C'est la Rentrée ! Terminés la douceur des vacances, les grasses matinées, les couchers tardifs, les repas pris à n'importe quelle heure. Comment s'organiser pour instaurer de bonnes habitudes alimentaires ?

Plus d'articles