Anesthésie : ce qu'il faut savoir

Publié par Louise Castillon, journaliste santé le Vendredi 18 Février 2011 : 11h26
Mis à jour le Mardi 22 Février 2011 : 18h10

Plus de huit millions d'anesthésies sont réalisées chaque année en France et la sécurité a été multipliée par 10 en 20 ans. 

L'anesthésie reste la 4e source d'angoisse pour les patients, révèle un sondage BVA-SFAR de juin 2010 réalisé à la demande de la Société française d'anesthésie et de réanimation. La peur de ne pas se réveiller ou d'une complication liée aux produits anesthésiants, tend tout de même à s'infléchir face à la sécurisation récente des protocoles d'anesthésie. Une enquête de santé datant de 1994 avait révélé des failles dans la prise en charge des patients et un taux de mortalité élevé résultant de l'anesthésie. Un décret a permis de prendre des mesures efficaces et de diviser la mortalité par dix. De quoi vous rassurer avant une intervention.

La consultation préanesthésique

Elle est obligatoire depuis 1994 et reste capitale pour évaluer les risques et déterminer le type d'anesthésie qui conviendra le mieux à une intervention. «Un interrogatoire complet mettra à jour vos antécédents, prendra en compte votre état de santé et vos traitements, explique le docteur Laurent Jouffroy, anesthésiste-réanimateur et Président de la société française d'anesthésie et de réanimation (SFAR). Le choix de l'anesthésie se fait toujours en accord avec le patient. Le médecin est là pour lui expliquer le déroulement de l'opération, le conseiller et répondre à toutes ses questions. La consultation limite les risques de complications postérieures en décelant un terrain allergique ou une intubation qui sera difficile pendant l'opération.» L'anesthésiste peut demander un bilan et des examens complémentaires.

La dernière étape avant l'opération

La veille de votre opération, vous recevrez la visite de l'anesthésiste pour faire un dernier point. Ce ne sera pas forcément le même que vous avez rencontré pendant la consultation. La visite préanesthésique est obligatoire et se fait dans la chambre du patient. Son but est de vérifier qu'aucun élément de dernière minute ne soit venu modifier l’état de santé depuis la consultation. L'anesthésiste explique de nouveau la procédure au patient qui a toujours le choix de changer d'avis concernant l'anesthésie. À la fin de la visite, l'anesthésiste reçoit le consentement du patient concernant sa prise en charge. La visite préanesthésique est aussi le moment de rassurer le patient et de répondre à ses dernières questions.

Publié par Louise Castillon, journaliste santé le Vendredi 18 Février 2011 : 11h26
Mis à jour le Mardi 22 Février 2011 : 18h10
Source : Côté Santé
A lire aussi
L'anesthésie en 10 questionsPublié le 13/04/2017 - 14h06

La préparation d’une intervention médicale nécessitant une anesthésie passe par une consultation préalable auprès du médecin anesthésiste-réanimateur. Ce laps de temps d’une durée variable où le patient est inconscient suscite des interrogations, et parfois des inquiétudes,...

Avant une opération, on arrête de fumer !Publié le 25/10/2005 - 00h00

Chaque année, deux millions de fumeurs se font opérer. Ce sont des sujets à risque de complications post-opératoires. Mais s'ils arrêtent leur tabagisme 6 à 8 semaines avant l'intervention, le risque est ramené à celui des non-fumeurs.

Plus d'articles