Les alcooliques ont besoin de vitamine B1

Publié par Pieter Segaert, journaliste santé le Lundi 18 Mai 2009 : 02h00
La vitamine B1 est fréquemment prescrite dans les cures de désintoxication alcoolique. En effet, un apport vitaminé permet d'éviter le développement du syndrome de Korsakoff. Ce syndrome entraîne une détérioration importante du système nerveux central et de la mémoire.

Le syndrome de Korsakoff

Près de 5% des Belges consomment trop d'alcool au quotidien. La carence en vitamines B est l'une des conséquences négatives de l'alcoolisme. Elle est due notamment à une mauvaise alimentation (beaucoup d'alcooliques mangent peu et mal) et à une atteinte du foie. En outre, le foie a besoin de vitamines B pour assimiler l'alcool. Plus on boit de l'alcool, plus le foie a besoin de vitamines B.

La forme la plus fréquente de carence en vitamines B, et aussi la plus grave, est une carence en thiamine (vitamine B1) qui peut entraîner l'apparition d'une encéphalopathie de Wernicke.

L'encéphalopathie de Wernicke est caractérisée par une atteinte du système nerveux central: le patient est complètement confus et n'arrive plus à coordonner ses mouvements. Il peut à peine marcher. Dans la phase la plus aiguë, le patient peut même sombrer dans le coma. Il mourra si on ne lui administre pas de la vitamine B. Ces troubles peuvent apparaître du jour au lendemain.

Si, par la suite, on observe d'importants troubles de la mémoire, on parlera alors de syndrome de Wernicke-Korsakoff. Les troubles de l'orientation dans le temps, dans l'espace et mentaux sont typiques de cette affection. Les patients imaginent souvent des faits et des événements afin de combler les trous de leur mémoire, c'est ce qu'on appelle les confabulations. Ce syndrome apparaît généralement entre 45 et 65 ans. La plupart des patients sont alcooliques depuis 20 à 30 ans.

Administration de thiamine

La vitamine B1 est essentielle pour notre organisme. La thiamine aide à transformer le glucose en énergie pour le cerveau, notamment l'hypothalamus. L'hypothalamus contrôle le système nerveux autonome et régule ainsi la température corporelle, la croissance et l'appétit, de même que certaines émotions et fonctions cérébrales.

Le traitement du syndrome de Korsakoff exige une abstinence totale et une amélioration de l'alimentation. Conjointement à l'administration de thiamine, on observe souvent une amélioration considérable des symptômes les plus graves. Dans certains cas, la vitamine B1 est directement injectée dans le corps. Le syndrome de Korsakoff peut entraîner dans les cas les plus graves une atteinte cérébrale irréversible.

Publié par Pieter Segaert, journaliste santé le Lundi 18 Mai 2009 : 02h00
A lire aussi
Le dangereux effet désinhibiteur de l'alcoolPublié le 11/02/2002 - 00h00

Les troubles cognitifs induits par l'alcool sont en partie responsables de la désocialisation progressive des personnes alcoolo-dépendantes. Cependant, l'effet désinhibiteur de l'alcool a aussi un impact social important et souvent sous-estimé : il peut générer des conduites violentes ou...

Démence : la maladie d’Alzheimer n'est pas la seule...Publié le 14/04/2014 - 07h00

La maladie d’Alzheimer est la démence la plus connue – c’est logique, parce qu’elle est la plus fréquente.Mais elle n’est pas la seule : il existe de nombreuses autres formes de démence, dont les causes sont nombreuses et variées.

Plus d'articles