L’alcool réduit la substance grise des ados

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 04 Février 2016 : 15h51
Mis à jour le Jeudi 04 Février 2016 : 15h51

L’adolescence est une période encore fragile pour le développent cérébral. La consommation excessive d’alcool exerce un impact négatif réel, mais encore mal appréhendé. Des chercheurs confirment que l’alcoolisation  chronique chez les jeunes entraîne une altération du volume cérébral pouvant se répercuter sur leurs capacités cognitives.

A l’adolescence, l’alcool diminue le volume cérébral

Au cours de cette expérimentation, 135 ados de 12 à 24 ans, dont 75 buveurs excessifs, ont régulièrement passé une IRM cérébrale (2 à 6 fois durant une période de huit ans de suivi). Résultat, les ados qui consomment régulièrement beaucoup d’alcool présentent un volume de substance grise plus bas que les abstinents ou les buveurs légers. Cette réduction est rapide, identique quel que soit le sexe et touche essentiellement le cortex latero-frontal et temporal. Les chercheurs observent également une réduction de la substance blanche du corps calleux et du pont. À noter que de telles altérations cérébrales ont déjà été identifiées chez des jeunes consommant du cannabis ou d’autres drogues.

PUB

L’alcool perturbe le développement cérébral des ados

Ces observations corroborent un trouble du développement et de la maturation chez les ados qui abusent de l’alcool, avec de logiques conséquences sur leurs capacités cognitives et motrices, notamment sur leurs performances intellectuelles.

L’alcoolisation est très fréquente chez les jeunes : selon le dernier Baromètre Santé de l’Institut national de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes 2014), 46% des 12-18 ans ont déjà connu une ivresse dans l’année écoulée, et 29% au moins trois fois, avec une nette progression chez les jeunes femmes. Les actions de prévention doivent se poursuivre intensément pour protéger l’avenir des nouvelles générations.

À noter que la mode de binge drinking (boire de grandes quantités d’alcool dans un laps de temps très court) inquiète aussi sérieusement les autorités de santé, une pratique qui, elle aussi, aurait des effets dévastateurs sur le cerveau en développement des ados.

Mots-clés : L'alcool, Ados, Adolescence
Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Jeudi 04 Février 2016 : 15h51
Mis à jour le Jeudi 04 Février 2016 : 15h51
Source : Squeglia LM et coll., Brain development in heavy-drinking adolescents. Am J Psychiatry, 2015 Jun;172(6):531-42, doi: 10.1176/appi.ajp.2015.14101249.
A lire aussi
Alcopops ou premix : nouveaux risques pour les jeunesPublié le 02/08/2005 - 00h00

Apparus en Grande-Bretagne en 1995, les alcopops, plus connus sous le nom de « premix » en France, se sont largement répandus chez nous. Il s'agit de boissons alcoolisées, dont le fort goût en alcool est masqué par des ajouts de sucre et d'arômes. La stratégie marketing est directement...

La bière peut-elle être bonne pour votre santé ?Publié le 08/06/2014 - 22h00

La bière est une boisson assez peu alcoolisée : de 2,3 à 7 % Vol, moins que le vin.Ce qui ne l’empêche pas d’avoir des effets dévastateurs sur la santé quand on en boit beaucoup.Mais si vous la consommez avec modération, elle peut être bénéfique.

Explosion du cannabisPublié le 12/11/2003 - 00h00

Dans son rapport, l'Observatoire français des drogues et des toxicomanies déplore une inquiétante hausse de la consommation de cannabis chez les ados. Les spécialistes mettent en garde contre « toute forme de complaisance et de relâchement ». Les problèmes liés à cette consommation...

Accidents, suicides et homicides : l'alcool accuséPublié le 20/09/2002 - 00h00

Des consommations occasionnelles d'importantes quantités d'alcool constituent un facteur de risque d'accidents, de suicides et d'homicides. Ainsi, le risque de mort violente est plus important chez ces gros buveurs occasionnels que chez les buveurs excessifs mais réguliers. Le risque augmente...

Plus d'articles