Ados : multiplier les régimes décuple les kilos !

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 07 Janvier 2004 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 09 Mai 2014 : 10h55
-A +A
L'obésité touche gravement les enfants. Eux aussi ripostent en s'imposant des régimes. Mais au final, il semblerait que les effets obtenus soient à l'opposé de ceux attendus : plus ils suivent des régimes, plus ils prennent du poids !

Un enfant sur six présente un excès de poids

En 10 ans, le nombre d'enfants obèses d'âge scolaire a doublé en France et les cas d'obésités graves ont été multipliés par cinq environ.

En 2006, 18 % des enfants et des ados âgés de 3 à 17 ans (16 % des garçons et 19 % des filles) étaient considérés comme trop gros (contre 5 % en 1980), dont 3,5 % d’obèses (3 % des garçons et 4 % des filles) (2). Et selon un sondage Ipsos datant d’octobre 2012, 19% des jeunes de 15-25 ans sont en surpoids ou obèses. Enfin, 47 % des adolescentes se trouvent trop grosses.

Les régimes pendant l’enfance et l’adolescence augmentent le risque d’obésité

Victimes de leur surpoids, ils sont aussi de plus en plus nombreux à faire attention à leur silhouette et donc à entreprendre des régimes amaigrissants.

Ces derniers sont parfois contraignants, suivis à l'insu des parents et sans surveillance médicale. Mais les conclusions des études qui visent à déterminer l'efficacité des régimes et la stabilité du poids des jeunes sont encore plus alarmantes. Elles confirment que comme chez les adultes et contrairement au but recherché, plus les jeunes font des régimes, plus ils prennent du poids…

Par exemple, cette étude américaine publiée dès 2003 et ayant porté sur près de 8.200 filles et 6.750 garçons âgés de 9 à 14 ans. En début d'analyse, près d'une fille sur trois et d'un garçon sur six admettaient suivre ou avoir suivi des régimes : de temps en temps pour 25 % des filles et 14 % des garçons, et souvent pour 4,5 et 2 % respectivement. Ces chiffres sont d’autant plus impressionnants qu’ils remontent à une dizaine d’années !

Après trois années de suivi, les enfants suivant des régimes avaient pris plus de poids que les autres. Tant chez les filles que chez les garçons, plus les périodes de régime étaient fréquentes, plus la prise de poids était rapide.

Depuis, d’autres études confirment ce phénomène. Alors que l’on prône la minceur dans un environnement d’abondance alimentaire, rien d’étonnant à ce que de plus en plus de jeunes se lancent dans des régimes. Attirés par les promesses miraculeuses (perte de poids maximale en un minimum de temps et en toute facilité), les jeunes plongent dans le cercle vicieux du "yoyo" : à l’arrêt du régime, les kilos perdus reviennent, avec souvent en prime quelques kilos supplémentaires.

Ce comportement annonce un surpoids ou une obésité dans les années à venir.

C’est ce que confirment deux publications (1) : les adolescents qui ont suivi un régime amaigrissant à 16 ans sont trois fois plus susceptibles que les autres d’être obèses dans les 5 ans qui suivent.

Publié par Isabelle Eustache, journaliste santé le Mercredi 07 Janvier 2004 : 01h00
Mis à jour le Vendredi 09 Mai 2014 : 10h55
Source : Field A.E. et coll., Pediatrics, 112 (4) : 900-6, 2003.
A lire aussi
L'obésité de l'enfant gagne du terrain Publié le 13/08/2001 - 00h00

L'obésité est un fléau qui n'épargne pas les enfants, de plus en plus nombreux dans les pays occidentaux à souffrir de ce problème. L'obésité expose l'enfant à des complications touchant les articulations, la peau et aussi le métabolisme des graisses et des sucres. A long terme, le risque...

Obésité à l’adolescence, cancer colorectal à 50 ans ! Publié le 26/05/2015 - 07h39

Selon une étude suédoise, être atteint d’obésité à l’adolescence fait plus que doubler le risque ultérieur de développer un cancer colorectal. Sachant qu’il s’agit du 2e cancer le plus fréquent, cette information doit inciter à la prévention du surpoids dès le plus jeune âge....

Duel entre régimes Publié le 18/06/2003 - 00h00

Les deux plus grands types de régimes viennent enfin d'être scientifiquement comparés. Par rapport au traditionnel limitant les graisses et les calories, la perte de poids est supérieure avec un régime pauvre en sucre raffiné et féculent (6-7kg contre 2-3kg). Malheureusement, cette...

Plus d'articles