90% des infarctus du myocarde sont évitables !

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 29 Septembre 2004 : 02h00
-A +A
L'étude dénommée « Inter-Heart » a abouti à des résultats spectaculaires. En identifiant un total de neuf facteurs associés à un risque élevé d'infarctus du myocarde (Idm), les auteurs démontrent que 9 accidents cardiaques sur 10 sont prévisibles.

Cette étude, conçue pour évaluer l'importance des facteurs de risque cardiovasculaire, pris isolément ou en combinaison, dans la survenue de l'infarctus du myocarde (Idm), a été menée auprès de plus de 15.000 patients ayant eu un premier Idm et 14.000 sujets contrôles, issus de 262 centres répartis dans 52 pays des différents continents. Basée sur des questionnaires de mode de vie, les habitudes alimentaires, le tabagisme, les activités socioprofessionnelles, les traitements, l'examen clinique (poids, périmètre abdominal, pression artérielle, fréquence cardiaque) et des examens biologiques (ApoB/ApoA1, deux lipoprotéines indiquant le rapport « bon/mauvais cholestérol »), l'analyse des données a permis d'identifier neuf facteurs de risque de l'Idm : 1. hypertension artérielle, 2. tabagisme, 3. diabète, 4. obésité abdominale, 5. stress, 6. consommation d'alcool (excepté une consommation de deux à trois à verres par semaine, qui serait plutôt protectrice), 7. apport quotidien insuffisant en fruits et légumes, 8. manque d'exercice physique, 9. rapport ApoB/ApoA1 anormal. En d'autres termes, 90% des Idm sont prévisibles, alors que cette proportion était jusqu'ici estimée à 50 %.

Les deux facteurs les plus redoutables, qui expliquent à eux seuls les deux tiers des Idm, sont le « mauvais » cholestérol (indiqué par un rapport ApoB/ApoA1 anormal) et le tabagisme.A propos du tabac, il est important de souligner que le risque apparaît même chez les « petits fumeurs » : une à cinq cigarettes par jour augmentent le risque d'Idm de 40%. Entre six et dix cigarettes quotidiennes, le risque double, tandis qu'il quadruple au-delà d'un paquet. Qu'il s'agisse de cigarettes light ou non, avec ou sans filtre, de cigare ou de pipe, le risque cardiovasculaire est le même.

Ces neuf facteurs de risque sont facilement identifiables lors d'une consultation. Leur impact étant identique quels que soient le groupe ethnique, l'âge et le sexe, il serait donc aisé de formuler des messages de prévention simples.

Publié par Dr Philippe Presles le Mercredi 29 Septembre 2004 : 02h00
Source : Etude présentée lors du congrès de la Société européenne de cardiologie à Munich, Caroline White, BMJ, septembre 2004 ; The Lancet, S. Yusuf, 11 septembre 2004.
A lire aussi
Le tabac augmente aussi le syndrome métabolique Publié le 30/08/2005 - 00h00

L'exposition à la fumée de cigarettes, active comme passive, augmente de façon dose-dépendante le risque de développer un syndrome métabolique chez les adolescents, et donc de devenir diabétiques et cardiaques. Ce phénomène est encore plus marqué chez les jeunes qui sont déjà en surpoids...

A la ménopause, le risque cardiovasculaire augmente ! Publié le 20/03/2006 - 00h00

Les maladies cardiovasculaires représentent la première cause de mortalité chez les femmes aussi ! Pourtant, elles n'ont pas conscience de ce risque et continuent à penser que le risque cardiovasculaire est typiquement masculin. Or la réalité est là : une femme sur trois en meurt contre une...

Plus d'articles