12 patients reçoivent une greffe de trachée construite à partir d’une artère

Publié par Audrey Vaugrente, journaliste santé le Mardi 22 Mai 2018 : 09h52

A Paris, des chirurgiens sont parvenus à greffer des trachées et des bronches fabriqués à partir de tissus d'aorte, une artère majeure. Avec succès, puisque la quasi-totalité des patients ont retrouvé une respiration normale.

© Istock
PUB

Retrouver un souffle normal après un cancer du poumon, ça n'est plus de la science-fiction. Malgré des interventions lourdes, 12 patient.e.s ont pu respirer de nouveau correctement grâce à une greffe innovante. Leurs trachées et leurs bronches ont été reconstruites à partir d'une artère majeure : l'aorte.

Cette première mondiale s'est déroulée dans les locaux de l'hôpital Avicenne (Paris, AP-HP). Depuis 2009, plusieurs équipes de chirurgiens travaillent ensemble pour améliorer la qualité de vie des personnes ayant subi une ablation partielle des voies respiratoires. Ce succès a été publié dans le JAMA et présenté au congrès de l'American Thoracic Society.

Un organe artificiel

Au total, 20 patients ont été recrutés pour tester cette nouvelle approche, la plupart souffrant de cancers. Mais seuls 12 ont bénéficié de l'intervention. Celle-ci se déroule en deux étapes.

"Dans un premier temps, nous enlevons la partie malade, explique le Pr Emmanuel Martinod, principal auteur, dans une vidéo réalisée par l'AP-HP. Dans le deuxième temps, nous remplaçons cette partie par une greffe d'aorte, qui provient d'une banque de tissus."

Concrètement, les voies respiratoires amputées sont "remplacées" par une structure similaire mais fabriquée à partir de tissu aortique. Celui-ci provient d'autres personnes, mais aucun traitement immunosuppresseur n'est nécessaire. "L'intérêt majeur, c'est que ce tissu n'induit que très peu de réactions immunologiques", souligne le Pr Martinod.

Enfin, un stent est implanté au niveau des voies respiratoires pour les maintenir ouvertes. Il reste en place le temps que le cartilage se reconstruise et puisse assurer cette fonction.

PUB

Une qualité de vie retrouvée

La greffe ne s'est pas arrêtée à la trachée, transplantée à cinq personnes. La partie de la trachée qui se divise en deux pour mener aux bronches (la carène trachéale) a aussi été reconstruite pour un patient; des bronches ont aussi été produites pour sept volontaires.

Après plusieurs années de suivi, le bilan est plutôt positif. Seule une personne est décédée après l'opération. Pour les autres, les voies respiratoires se sont bien adaptées à la greffe. Les tissus implantés ont désormais une structure et un fonctionnement très proches de la normale. Les stents ont pu être retirés.

Ces "cobayes" souffraient, pour la plupart, de lésions provoquées par un cancer. Jusqu'ici, aucun traitement autre que l'ablation n'était disponible. Cette étude a même permis d'améliorer le pronostic pour un de ces patients, qui aurait dû subir une ablation d'un poumon.

PUB
PUB
A lire aussi
Reconstruction de trachée : une première mondiale françaisePublié le 01/12/2010 - 11h21

Le traitement du cancer de la trachée repose sur l’ablation de la tumeur, et donc sur l’ablation d’une partie de la trachée. Une équipe de chercheurs vient de mettre au point une technique de reconstruction de la trachée, à partir des propres cellules du patient.

Cancer et fertilité : la voie de la cryoconservationPublié le 16/04/2007 - 00h00

La chimiothérapie et la radiothérapie s'accompagnent souvent d'une infertilité. Depuis plusieurs années, la cryoconservation de tissu ovarien est proposée en vue de réaliser ultérieurement une autogreffe permettant aux femmes de retrouver leur fertilité. Explication autour de cette technique
...

Plus d'articles