Une surconsommation de plats préparés augmenterait le risque de mort prématurée

© Istock

Une étude française s'est interrogée sur le lien entre les plats préparés et les effets néfastes sur la santé. 

PUB

Une consommation riche en aliments ultra-transformés est-elle associée à une augmentation du risque de mortalité ? C'est à ce sujet que se sont intéressés des chercheurs français dans une étude publiée le 11 février 2019 dans la revue Jama internal Medicine. Les résultats ont montré un lien entre la consommation d'aliments ultra-transformés et le risque de décès prématurés.

Une augmentation de 15% de mortalité

45 000 Français de plus de 45 ans, en majorité des femmes, ont participé à l'étude durant 8 ans, de 2009 à 2017. Tous les six mois, ils devaient enregistrer sur un questionnaire en ligne tout ce qu'ils avaient mangé et bu pendant trois périodes de 24 heures. Au bout de sept ans, environ 600 participants à l'étude étaient décédées. Les chercheurs se sont donc penchés sur les données de ces personnes et ont démontré qu'une augmentation de 10% de la proportion d'aliments ultra transformés dans l'alimentation correspondait à une augmentation de 15% de mortalité.

PUB
PUB

Cependant, Mathilde Touvier, chercheuse à l'Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale (Inserm), explique au journal quotidien Le Dauphiné Libéré "qu'il ne faut pas se focaliser sur le chiffre, ce qui compte est l'existence d'un lien statistiquement significatif. Et l'étude doit être interprétée dans un ensemble de travaux ". Les études "observationnelles" sont la seule solution dans ce cadre de recherche notamment pour des raisons éthiques ; on ne peut pas faire une expérience où on ferait manger ces aliments à une partie de la population mais pas à une autre.

La raison : les additifs ?

Parmi les hypothèses énumérées par les chercheurs, les additifs présents dans ces aliments pourraient en être la cause. Leurs effets est étudié en laboratoire, sur des cellules et sur des rats, notamment dans un laboratoire de l'institut national de la recherche agronomique, informe Le Dauphiné Libéré. Or, d'autres études sont nécessaires pour confirmer ces résultats et pour démêler les divers mécanismes par lesquels les aliments ultra-transformés peuvent affecter la santé.

Les aliments ultra-transformés, c'est quoi ?

Contrairement aux aliments naturels peu transformés qui ont juste été séchés ou pasteurisés, etc. pour mieux les conserver sans ajout de substances, les aliments ultra-transformés sont des produits alimentaires et des boissons qui renferment de nombreux additifs alimentaires pour augmenter leur durée de vie et les rendre faciles à utiliser. Issus de l’industrie agroalimentaire, ce sont les snacks, barres chocolatées, céréales de petit-déjeuner, pizzas industrielles, nuggets industriels, chips, gâteaux et pains de mie et autres produits de boulangerie dans lesquels on a ajouté du gluten, des émulsifiants, des graisses végétales hydrogénées, etc. Plusieurs études scientifiques ont montré que les personnes qui consomment le plus d’aliments ultra-transformés ont un risque plus élevé de surpoids, d’obésité et de diabète. Réduire leur consommation à un produit par jour maximum est un bon moyen de se préserver de telles maladies.

Attention : un plat préparé, sans additifs, congelés ou pas, n'en fait pas partie. Mais les plats prêts à réchauffer, les sodas et les snacks en général en font partie.

PUB
PUB

Contenus sponsorisés