Un médicament à base de piment pour lutter contre l’obésité

Des scientifiques américains ont mis au point un médicament dérivé du piment destiné à lutter contre l'obésité. Pris par voie orale, il aiderait à brûler davantage de calories.
© Adobe Stock

Du piment pour perdre du poids. Cela peut sembler surprenant, mais c'est sur cette piste de recherche que s'est engagée une équipe de l'université du Wyoming (Etats-Unis). Et elle présente de premiers résultats à l'occasion du Congrès annuel de la Société pour l'Etude des comportements alimentaires (SSIB), qui se tient en Floride (Etats-Unis).

Cet aliment piquant abrite un composé, la capsaïcine, qui fait l'objet de nombreux travaux. C'est elle qui donne son goût brûlant au piment. Dans ce cas précis, elle a servi de base à l'élaboration d'un médicament destiné à favoriser la perte de poids.

Metabocin™, c'est son nom, peut être pris par voie orale, et cible un certain type de récepteurs présents en grande quantité dans les tissus adipeux (TRPV1). Il a été mis au point de façon à délivrer la capsaïcine de façon progressive.

En théorie, le médicament stimule les récepteurs TRPV1, ce qui provoque une augmentation de la dépense d'énergie par les tissus adipeux. En temps normal, ils stockent l'excès de calories. La capsaïcine devrait donc favoriser une perte de poids.

Pas de toxicité notable

Pour mettre à l'épreuve cette hypothèse, les scientifiques ont donné le traitement à plusieurs souris nourries avec un régime riche en graisses. Les résultats sont plutôt encourageants.

"Nous avons constaté une amélioration notable des taux de glucose sanguin, de cholestérol, mais aussi de la production d'insuline et des signes de stéatose du foie", liste le Dr Baskaran Thyagarajan dans un communiqué.

L'ampleur de cette progression n'a toutefois pas été chiffrée. A priori, le produit se révèle plutôt sûr. Après huit mois de traitement, les souris n'ont développé aucun effet secondaire notable.

Ces données sont plutôt encourageantes. Mais il faudra tout de même les reproduire chez plusieurs espèces, avant d'organiser des essais cliniques chez l'être humain. Même alors, plusieurs années seront nécessaires avant d'espérer une arrivée sur le marché. Le médicament miracle n'est donc pas encore arrivé.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.