Trop de radios augmente le risque de cancer

Pour prévenir ou diagnostiquer nombre d'affections et de maladies, la radiographie constitue un atout considérable. Cependant, les radiographies diagnostiques tendent, à force, à accroître le risque de cancer.
PUB

Ce constat provient d'une étude récente ayant évalué le nombre de cancers attribués aux examens radiologiques eux-mêmes.

L'exposition de notre organisme aux radiations n'est pas anodine et peut présenter des risques, notamment en fonction des organes exposés, certains étant plus sensibles que d'autres, de la fréquence et des doses d'exposition.Pourtant, en matière de dépistage et de diagnostic, les radiographies représentent un outil très précieux et c'est pourquoi il est indispensable de les employer à bon escient.Parallèlement, il faut savoir que les radios réalisées dans le cadre des diagnostics représentent 14% de l'exposition annuelle aux radiations.

PUB
PUB

Selon une évaluation sur la population du Royaume-Uni, 700 cas de cancers sont attribuables chaque année au risque de la radiographie, soit 0,6 à 1,8% des cancers diagnostiqués. Appliqué à la population du Japon, ce calcul donne un pourcentage de 3%.

Pour les femmes, les cancers attribuables aux examens radiologiques sont en premier lieu le cancer du côlon, suivi par le cancer du poumon et du sein. Ainsi, au Royaume-Uni, 29 cancers du sein sur 21.164 diagnostiqués chaque année sont en relation avec les examens de radiologie. Aux Etats-Unis et au Japon, le nombre de cancers supplémentaires par an est estimé respectivement à 5.695 et 7.587.

Certes, il s'agit d'estimations basées sur des hypothèses, lesquelles peuvent être remises en question, mais il semble peu probable que le risque soit surestimé. Bien sûr, il n'est pas question de remettre en cause le bien-fondé des radios de dépistage et de diagnostic, mais d'attirer l'attention sur leur bon usage.

Publié le 18 Février 2004
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Berrington, The Lancet, 363 : 345-351, 2004.