Trop peu de vitamine D double le risque de sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune dont les causes restent inconnues. Parmi les hypothèses, un déficit en vitamine D. L’implication de cette vitamine est confirmée par une étude canadienne montrant qu’une carence en vitamine D a pour conséquence de doubler le risque d’apparition d’une SEP.

PUB

La carence en vitamine D augmente le risque de sclérose en plaques

Cette hausse conséquente du risque de développer une sclérose en plaques chez les personnes carencées en vitamine D a été démontrée à partir d’une population de 14.500 malades et 24.000 sujets témoins. Ce résultat est en faveur d’une supplémentation plus large en vitamine D de certaines populations, et notamment celles à risque accru de déficit en vitamine D et celles à risque de SEP. Entrent dans la première catégorie les personnes peu exposées au soleil. En effet, rappelons que cette vitamine est fabriquée lorsque notre peau est exposée aux UV. C’est ainsi que les carences sont fréquentes dans l’hémisphère nord, plus particulièrement en hiver et chez les sujets qui sortent peu à l’extérieur comme les personnes âgées par exemple.

PUB
PUB

Il existe d’autres facteurs de risques, mais puisque la vitamine D joue un rôle et que la supplémentation est facile à mettre en place et peu coûteuse, cette piste doit encore être explorée activement afin de pouvoir établir des recommandations officielles qui permettraient de réduire le nombre de cas de sclérose en plaques.

La sclérose en plaques

Cette maladie touche des personnes jeunes autour de 20-30 ans, et deux fois plus souvent des femmes. Elle entraîne une altération de la transmission nerveuse, menant à des symptômes très divers (troubles des mouvements, visuels, de la perception des sensations, de la mémoire, etc.). La sclérose en plaques évolue par poussées, laissant progressivement séquelles et handicaps. De nombreux facteurs génétiques prédisposants ont été identifiés. De ce fait, les personnes les plus à risques sont celles qui ont des antécédents familiaux de SEP et ont donc intérêt à surveiller leur taux de vitamine D.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Jeudi 27 Août 2015 : 12h17
Mis à jour le Jeudi 27 Août 2015 : 13h19
Source : Mokry L.E. et coll., PLOS Medicine, Published: August 25, 2015, DOI: 10.1371/journal.pmed.1001866, http://journals.plos.org/plosmedicine/article?id=10.1371/journal.pmed.1001866.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés