Le travail de nuit est-il cancérigène ?

© getty

Des travaux français, soutenus par la Fondation ARC, montrent que le risque de cancer du sein est augmenté chez les femmes qui ont travaillé de nuit. En comparant le parcours professionnel de 1 200 femmes qui ont développé un cancer du sein à celui de 1 300 qui n’ont pas eu à affronter cette maladie, des chercheurs français viennent de montrer que le travail de nuit augmente le risque de cancer mammaire de 30 %.

PUB

Cette augmentation du risque est plus marquée chez les femmes qui ont travaillé la nuit pendant plus de quatre ans et chez celles qui ont travaillé de nuit au moins trois fois par semaine. Le phénomène est également plus important chez les femmes qui ont été confrontées au travail de nuit avant une première grossesse.

PUB
PUB

Pour mémoire, depuis 2010, le travail de nuit est classé parmi les « cancérigènes probables » par le Centre international de recherche contre le cancer (CIRC).

« Nos travaux confortent les résultats d’études antérieures et posent le problème de la prise en compte du travail de nuit dans une optique de santé publique, d’autant que le nombre de femmes travaillant avec des horaires atypiques est en augmentation » a souligné Pascal Guénel, principal auteur de cette étude.

Publié par La Fondation ARC le Vendredi 27 Juillet 2012 : 10h19
Mis à jour le Lundi 30 Juillet 2012 : 09h02
Source : F. Ménégaux et coll., « International Journal of Cancer », édition en ligne du 26 juin 2012.
PUB
PUB

Contenus sponsorisés