Traumatismes crâniens chez les jeunes : ils pourraient augmenter le risque de criminalité dans le futur

Publié le 26 Avril 2019 par Mathilde Polivka, journaliste santé
Une étude démontre que les traumatismes crâniens pourraient augmenter le risque de criminalité chez les jeunes.
PUB
© Istock

Existerait-il un lien entre les changements attribuables aux traumatismes crâniens et l'augmentation de la criminalité ? Des chercheurs américains de l'Université du Nebraska à Omaha se sont penchés sur le sujet et ont déterminé que les changements chez les personnes ayant subi un traumatisme crânien étaient associés à une augmentation du nombre d'infractions autodéclarées, et en particulier, des infractions avec violences. Les résultats de l'étude ont été publié dans la revue Justice Quarterly, une publication de l'Academy of Criminal Justice Sciences.

PUB

"Ces résultats démontrent de manière préliminaires que les déficits neuropsychologiques acquis et les traumatismes crâniens plus directement entraînent des périodes prolongées de persistance criminelle ", suggère Joseph A. Schwartz  professeur de criminologie et de justice pénale à l'Université du Nebraska à Omaha à EurekAlert!.

PUB

Des infractrions plus graves et plus violentes après un trauma crânien

L'étude a été réalisée auprès de 1 336 jeunes âgés de 14 à 19 ans provenant de Philadelphie et de Phoenix aux Etats-Unis. La plupart étaient de sexe masculin. Ils ont été interrogés pendant plus de sept ans sur leur comportement criminel et leurs contacts avec le système de justice pénale. Près d'un cinquième d'entre eux ont subi un ou plusieurs traumatismes crâniens au cours de l'étude et près du tiers avaient subi un traumatisme crânien avant la première entrevue.

D'après les résultats, le professeur Schwartz a constaté que les traumatismes crâniens sont de cinq à huit fois plus fréquents chez les personnes aux prises avec le système de justice pénale que dans la population en général. Il a également constaté que les jeunes qui commettaient des infractions plus graves et plus violentes à la suite d'un traumatisme crânien étaient plus nombreux.

Cependant, le professeur souligne qu'il n'est pas possible de décrire l'association entre les traumatismes crâniens et les crimes violents comme étant causale, mais il souligne qu'il existe des preuves solides de changements importants dans les tendances de la criminalité après un traumatisme crânien.

L'association entre le traumatisme crânien et l'infraction non violente est moins claire, ce qui indique que le traumatisme crânien peut avoir une incidence différente sur certaines formes particulières de persistance criminelle.

Le développement normatif du cerveau compromis

"L'impact du traumatisme crânien sur le comportement délinquant est probablement le résultat de déficits neuropsychologiques qui compromettent le développement normatif du cerveau ", suggère Schwartz. "Nous avons besoin de plus de recherche sur cette question cruciale, ce qui nous aiderait à comprendre quels types de traitement et d'intervention seraient efficaces pour les personnes touchées par un traumatisme crânien et pourraient contribuer à réduire la criminalité en général".

Mots-clés : Justice, Violences, Accidents
PUB

A lire aussi

Le cerveau menacé des footballeurs

Traumatisme crânien : le handicap invisible !

Traumatisme crânien et démence : un risque majoré

Cerveau : les humains ne sont pas adulte avant l'âge de 30 ans

L'héroïne, des ravages consternants !

Plus d'articles