Toux chronique d’hypersensibilité : des quintes de toux infernales !

© Istock

Qu’y a-t-il de commun entre le parfum d’une passante, la position allongée ou un fou-rire ? Pour la plupart d’entre nous, aucun. Mais pour certaines personnes, ces trois éléments peuvent déclencher des quintes de toux irrépressibles. Quel est ce nouveau syndrome appelé « toux chronique par hypersensibilité » ?

PUB

Une toux chronique d’un autre type ?

Des quintes de toux à n’en plus finir, sans qu’aucune maladie ne soit en cause... c’est l’enfer que vivent de nombreuses personnes. Heureusement, les médecins s’en préoccupent de plus en plus et cette toux chronique -un syndrome à part entière- porte un nom depuis 2014 : « Toux chronique d’hypersensibilité » (Cough Hypersensitivity Syndrome*).

La prévalence de cette toux « maladie » reste inconnue. Seuls indices, elle concerne les femmes pour les deux tiers, aux alentours de la cinquantaine.

Dr Roger Escamilla, service de pneumologie (Hôpital Larrey, Toulouse) : « La toux chronique d’hypersensibilité commence à être mieux explorée. Comme les autres types de toux, ses conséquences sur la qualité de vie peuvent être désastreuses. La toux d’hypersensibilité fait partie des toux chroniques (durée de huit semaines minimum), observées chez un non-fumeur et en échec de tous les traitements. Mais elle se distingue en tous points des autres toux chroniques, notamment par les déclencheurs (simuli) de la toux et par ses mécanismes physiopathologiques ».

PUB
PUB

Comment distinguer une toux d’hypersensibilité ?

Avant d’affirmer qu’il s’agit d’une toux chronique d’hypersensibilité, toute autre cause organique connue pour provoquer ce type de toux chronique doit être écartée :

  • Le reflux gastro-œsophagien (RGO).
  • Les maladies ORL : une rhinorrhée postérieure (l’écoulement nasal tombe dans le fond de la gorge), une sinusite chronique ou allergique, une dysfonction des cordes vocales ou des troubles de la déglutition.
  • Les maladies pulmonaires : une toux variante d’asthme c’est-à-dire une forme d’asthme caractérisée par une toux sèche improductive, une fibrose (altération du tissu pulmonaire), une bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), une dilatation chronique des bronches (bronchectasies) et autres maladies chroniques des bronches.

De plus, un traitement utilisé en cardiologie (inhibiteurs de l’enzyme de conversion/IEC) peut aussi déclencher ce genre de toux.

Plusieurs caractéristiques cliniques doivent faire penser à une toux d’hypersensibilité :

  • Le tousseur décrit des fourmillements, un picotement, une diminution ou une exagération de la sensibilité (dysesthésies) au niveau du pharynx ou de la trachée.
  • Tous ces symptômes alors même que les muqueuses sont parfaitement saines.
Publié par Hélène Joubert, journaliste scientifique le Lundi 13 Mars 2017 : 17h06
Mis à jour le Mardi 14 Mars 2017 : 10h27
Source : * Morice AH et al. Eur Respir J. 2014 Nov;44(5):1132-48
D’après un entretien avec un spécialiste des toux chroniques, le Dr Roger Escamilla, service de pneumologie à l’Hôpital Larrey (Toulouse).