Opération de démoustication à Toulouse en raison d’un risque infectieux

© Adobe Stock

Des produits anti moustiques tigres ont été déversés dans le centre-ville de Toulouse. Un risque de contamination d’une maladie véhiculée par cet insecte est à l’origine de cette opération.

Publicité

Que s’est-il passé le 8 octobre 2018 dans le centre-ville de Toulouse ? Des véhicules de démoustication appartenant à l’Entente Interdépartementale pour la Démoustication (EID Méditerranée) ont déversé des insecticides anti-moustiques dans le quartier Saint-Cyprien, rapporte La Dépêche. À l’origine de cette opération de démoustication : la suspicion d’un cas de maladie infectieuse transmise par les moustiques tigres.

Un risque de transmission via les moustiques

Un habitant du quartier revenant de l’étranger a en effet déclaré des symptômes qui laisseraient à penser qu’il est porteur de la dengue, du Zika ou du chikunguya, trois maladies infectieuses véhiculées par le moustique tigre Aedes albopictus implanté et actif sur une grande partie du territoire français dont la région toulousaine. Cette personne ne constitue pas un cas autochtone, c’est-à-dire qu’elle n’a pas été piquée et contaminée en France métropolitaine. Pour autant, le risque de transmission de la maladie infectieuse via des moustiques est bien réel. En effet, si la personne infectée se fait piquer par un moustique tigre, l'insecte sera alors vecteur du virus et pourra le transmettre aux personnes qu’il piquera par la suite. Ce risque de transmission par moustique interposé justifie l’opération de démoustication.

Publicité
Publicité

"Aucun danger particulier" pour les riverains

Les riverains ont été avertis par un affichage public quelques jours avant l’intervention et, selon l’Agence Régionale de Santé (ARS) Occitanie citée par La Dépêche, cette procédure "ne revêt aucun danger particulier". Plusieurs consignes de sécurité ont tout de même été données aux habitants, notamment celles d’attendre trois jours pour consommer, après les avoir lavés, les fruits et légumes du potager, de rester chez soi et de fermer ses fenêtres pendant le passage des véhicules de démoustication, de rentrer le linge, les jouets, les aliments et les gamelles des chiens et des chats et de rentrer ces derniers pendant l’opération.

Une opération similaire avait eu lieu en banlieue toulousaine le 28 août dernier. La commune de Balma avait en effet été aspergée d’insecticides après la découverte d’un cas de dengue.

Des gestes pour limiter la propagation du moustique tigre

Pour éviter que le moustique tigre ne se propage, l’EID Méditerranée recommande d’adopter des gestes simples de prévention :

  • Eliminer les eaux stagnantes, lieu de ponte des œufs et de développement des larves de moustiques. Pour cela, videz et retrouvez les soucoupes, coupelles ou seaux laissés en extérieur et entretenez vos gouttières.
  • Couvrez d’une moustiquaire vos bidons de récupération d’eau de pluie ;
  • Si vous possédez un bassin d’agrément, introduisez-y des poissons qui mangeront les larves de moustiques ;
  • Apprenez à reconnaître le moustique tigre caractérisé par ses rayures noires et blanches et signalez sa présence sur le portail de signalement officiel Signalement-moustique.fr
Publié par Laurène Levy, journaliste santé le Mardi 09 Octobre 2018 : 12h47
Source : Pourquoi le centre-ville de Toulouse a-t-il été aspergé d'insecticide ce lundi ? La Dépêche, 8 octobre 2018
EID Méditerranée : www.eid-med.org, site consulté le 9 octobre 2018
Portail de signalement du moustique tigre, site consulté le 9 octobre 2018 
PUB
PUB