Suicide, les raisons de vivre...

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 27 Septembre 2005 : 02h00
Quand on pense à se suicider, c'est que ça ne va pas et même pas du tout. Or, un quart des adolescents a déjà projeté de se suicider et 80% des gens y ont déjà pensé ! L'entourage d'une personne suicidaire, s'il se rend compte de son désespoir, se demande : « pourquoi est-il, est-elle si mal ? ».
PUB

Pourtant, une question plus urgente encore que le « pourquoi » est peut-être : « Comment redonner l'envie de vivre à quelqu'un qui ne l'a plus ? ». Analyser, chercher des pistes pour comprendre est naturel, mais il est tout aussi utile de trouver des raisons de vivre, et d'en parler. Alors, voici quelques pistes pour aider ceux qui sont en plein désespoir à sortir du noir profond dans lequel ils se trouvent.Parmi les raisons de vivre, les raisons relationnelles sont les plus fréquemment évoquées. Le lien des personnes déprimées avec l'entourage reste toujours fort, même quand elles se sentent extrêmement mal. En voici plusieurs de ce type :

  • Il y a quelqu'un qui tient à moi.
  • Il y a quelqu'un que j'aime.
  • Mon suicide ferait souffrir quelqu'un.
  • Je me sens soutenu(e) par mes proches.
  • Je veux voir grandir mes enfants présents ou à venir.
  • J'ai quelqu'un vers qui me tourner pour me faire aider.
  • Je peux être utile ou nécessaire aux autres.
  • Cela n'est pas juste de laisser ceux qui m'aiment, seuls.
  • Ma famille, mes amis penseraient que je ne les aimais pas.Ces suggestions sont les premières sur lesquelles s'appuyer pour faire changer d'avis une personne qui pense au suicide.D'autres raisons sont plus personnelles :
  • J'aime la vie.
  • Il me reste des tas de choses à découvrir.
  • J'ai des projets à faire aboutir.
  • Ce n'est pas une vraie solution pour résoudre mes problèmes.
  • Je vaux quelque chose.
  • Je peux positiver un coup dur.D'autres raisons encore, d'ordre plus éthique, moral ou social, sont moins actives globalement, mais peuvent toucher certaines personnes, en fonction de leur philosophie de la vie :
  • Je respecte la vie humaine.
  • Le suicide, c'est irréparable.
  • Mes convictions religieuses s'y opposent.
  • J'ai promis de ne pas le faire.
  • Je ne veux pas qu'on me considère comme quelqu'un de faible.
  • Je ne veux pas servir de modèle et faire penser à quelqu'un qu'il est simple de se suicider.
  • J'ai peur d'aller en enfer.D'autres arguments peuvent sembler moins efficaces mais peuvent toujours être évoqués, ceux qui concernent la pratique du suicide lui-même :
  • J'ai peur de souffrir.
  • J'ai peur de rester handicapé.
  • J'ai peur de la mort.

Pourtant, une question plus urgente encore que le « pourquoi » est peut-être : « Comment redonner l'envie de vivre à quelqu'un qui ne l'a plus ? ». Analyser, chercher des pistes pour comprendre est naturel, mais il est tout aussi utile de trouver des raisons de vivre, et d'en parler. Alors, voici quelques pistes pour aider ceux qui sont en plein désespoir à sortir du noir profond dans lequel ils se trouvent.Parmi les raisons de vivre, les raisons relationnelles sont les plus fréquemment évoquées. Le lien des personnes déprimées avec l'entourage reste toujours fort, même quand elles se sentent extrêmement mal. En voici plusieurs de ce type :

Publié par Dr Catherine Solano le Mardi 27 Septembre 2005 : 02h00
Source : http://perso.wanadoo.fr/sante-infofb/suicide_refus_faits.htm, site du Pr François Besançon ; Linehan, M. M. et coll., Journal of Consulting and Clinical Psychology, 51, 276-286, 1983.
PUB
PUB
A lire aussi
Suicide et ados : l'urgence du dialoguePublié le 15/09/2004 - 00h00

Un lycéen sur quatre a eu ou aura un projet de suicide. Depuis une quinzaine d'années, il y a plus de décès par suicide que par accident de la circulation. Pourtant, et contrairement aux idées reçues, la prévention du suicide passe en priorité par le dialogue. Oser en parler avec une...

Plus d'articles