Sportifs, prudence avec l'arginine...

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mercredi 31 Décembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 01 Août 2013 : 16h27
L'arginine est une molécule très en vogue actuellement. On la trouve sous forme de poudre dans les compléments censés faire gagner de la masse musculaire. Elle figure même dans la composition de plusieurs energy drinks.
PUB

Le succès de l'arginine dans la communauté des sportifs ne doit pas nous étonner. Cet acide aminé est l'unique précurseur de l'oxyde nitrique (NO) qui permet aux artères non seulement de conserver leur élasticité mais aussi de se dilater et de se contracter correctement à chaque battement de cœur. Pour cette raison, on lui accorde un effet favorable vis-à-vis de la prévention des maladies cardio-vasculaires. L'arginine permettrait aussi d'accroître le flux sanguin et d'améliorer de ce fait le transport de l'oxygène et des nutriments jusque dans les cellules.

Problème, ça pue !

Au vu de ce qui précède, l'arginine devrait faire des adeptes dans le monde du sport. Oui et non. Il faut dire que la molécule, sous sa forme libre possède une odeur qui évoque celle d'une poubelle remplie d'épluchures de crevettes que l'on aurait laissé mariner au soleil pendant une bonne semaine. Dès qu'on ouvre une boîte, des relents pourris envahissent toute la pièce. Il faut être sacrément motivé. Qui plus est, il est possible que cela ne serve à rien. Et peut-être pire! En janvier 2006 paraissait une étude réalisée par le professeur Steven Schulman du Département de Cardiologie de l'Université de Maryland (*). Ses conclusions jetèrent un froid glacial dans la communauté des scientifiques. Jusqu'alors on pensait en effet que la souplesse des artères était un gage de bonne santé cardiovasculaire. Avec un peu d'arginine, on espérait donc rendre leur souplesse naturelle aux artères et soulager ainsi l'appareil circulatoire. On entreprit de vérifier cela sur 153 patients victimes d'infarctus. L'étude devait durer deux ans selon la procédure habituelle de double aveugle contre placebo. Mais le protocole fut arrêté en catastrophe au bout de six mois! Dans le groupe supplémenté en arginine, six patients étaient décédés, contre zéro dans l'autre groupe.

PUB
PUB

Arrêtez tout !

Macabre coïncidence? Probablement pas. "La possibilité que cette mortalité soit due au hasard est faible", confia Schulman à la presse. L'étape suivante consistait évidemment à essayer de comprendre pourquoi les résultats étaient à ce point opposés aux attentes. Parmi les hypothèses formulées pour expliquer ce phénomène, il se pourrait que la supplémentation en arginine accroisse le taux d'un dérivé, l'homocystéine, très défavorable sur le plan cardio-vasculaire. L'excès d'acides aminés pourrait aussi participer à une surproduction de radicaux libres comme le redoutable péroxynitrite qui attaque le tissu vasculaire. Actuellement, on en vient donc à reconsidérer le produit. Et si son mauvais goût était une sorte de mise en garde ?

Publié par Gilles Goetghebuer, journaliste santé le Mercredi 31 Décembre 2008 : 01h00
Mis à jour le Jeudi 01 Août 2013 : 16h27
Source : (*) Schulman SP, Becker LC & Coll. (2006): Jama, 295 (1)
PUB
PUB
A lire aussi
Les oméga-3 toujours bons pour la santé !Publié le 17/09/2012 - 09h09

Beaucoup de journaux ont titré cette semaine sur l’inutilité de prendre des oméga-3 selon une nouvelle étude grecque. Ils seraient tout simplement inefficaces. Je vous propose de lire en détail les conclusions de cette étude avant de stopper vos oméga-3, si vous en prenez. Ce qui est...

Grossesse : de la vitamine B9 pour prévenir l’autisme ? Publié le 14/02/2013 - 10h09

Selon une étude publiée dans le Journal of the American Medical Association (JAMA), supplémenter les femmes enceintes permettrait de réduire de 40% le risque d’autisme pour l’enfant à naître.A noter que cette vitamine est déjà recommandée avant et pendant la grossesse en prévention des...

Plus d'articles