Sommeil du senior : l'âge n'est pas le seul perturbateur !

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Mercredi 25 Juin 2003 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 19h05

Le temps fragilise bon nombre de nos rythmes biologiques. Ainsi, l'horloge chargée de l'alternance veille/sommeil a tendance à se désynchroniser. Il n'empêche que la qualité de l'environnement du dormeur est autant, sinon plus, en cause dans les troubles du sommeil, que l'âge lui-même. Voici quelques pistes, aussi simples que fondamentales, pour trouver des solutions autres que médicamenteuses.

PUB

Bruit et sommeil : le silence est d'or…

C'est vrai à tout âge : l'exposition au bruit nocturne provoque des perturbations du sommeil, proportionnelles à sa fréquence et à son intensité. Le bruit peut entraîner plusieurs types de réactions corporelles. Lorsqu'il atteint 5 à 10 dB au-dessus du seuil auditif du sujet éveillé, il est responsable d'une augmentation du rythme cardiaque ou respiratoire, de modifications du tracé de l'activité cérébrale et éventuellement d'un changement de stade dusommeil (d'un stade profond à un stade plus léger).

Quand le bruit est plus important et dépasse de 35 dB le seuil auditif de veille, il provoque une réaction motrice et un éveil de durée variable. Parfois, le réendormissement est différé et, pour certains, la nuit est « fichue ».

La mauvaise qualité du sommeil due au bruit n'est que peu améliorée par la prise de médicaments. En effet, certains remèdes aident à s'endormir (les hypnotiques) mais n'ont pas d'influence sur les réactions cardiovasculaires.

De même, l'impression de pouvoir s'habituer au bruit nocturne est fausse, puisque, même si la sensation de ne plus être gêné prédomine, le corps ne change aucune de ses réactions. La fatigue s'accumule, se répercutant immanquablement en troubles de l'humeur, avec le risque de se voir prescrire d'autres médicaments… L'isolation phonique est donc à prendre très au sérieux.

PUB
PUB

Température et sommeil : ni trop, ni pas assez

Une ambiance thermique confortable est indispensable. Si toutes les phases du sommeil permettent la thermorégulation, il est prouvé qu'une trop grande amplitude (réchauffement / refroidissement) provoque systématiquement l'éveil.

De même, une exposition du corps pendant la journée à de fortes chaleurs modifie la structure même du sommeil, en augmentant les phases dusommeillent profond.

Quand c'est possible, mieux vaut donc patienter avant de se coucher, pour avoir le temps de se « rafraîchir » et de s'approcher de la zone de confort thermique. À l'inverse, le froid est responsable d'un sommeilde mauvaise qualité, avec augmentation des mouvements du corps et diminution du sommeilparadoxal.

Publié par Dr Stéphanie Lehmann, gérontologue le Mercredi 25 Juin 2003 : 02h00
Mis à jour le Vendredi 15 Janvier 2016 : 19h05
Source : ONEN F. Troubles du sommeil liés à l'environnement chez le sujet âgé. La Revue de Gériatrie 2003 ; 28(2) : 155-160.
PUB
PUB
A lire aussi
Troubles du sommeil avec l'âge, 11 conseils anti insomnie...Publié le 09/04/2001 - 00h00

Avec le temps, le sommeil devient plus court, moins récupérateur et les réveils nocturnes plus fréquents. En dehors de certaines pathologies, qu'il convient de dépister, ces troubles du sommeil sont l'expression d'un vieillissement normal. Cependant, il existe des mesures simples et efficaces...

Somnolence Publié le 31/05/2001 - 00h00

La somnolence est un besoin involontaire et incontrôlable de dormir qui survient pendant la journée et interfère avec les activités habituelles.La fatigue diurne n'est pas synonyme de somnolence.

Quand le sommeil vieillitPublié le 27/04/2001 - 00h00

Les troubles du sommeil liés au vieillissement sont incontournables et leurs répercussions augmentent avec l'âge. Pourtant, l'application de certaines règles simples permet souvent de retrouver ou de maintenir un sommeil de qualité acceptable. Lorsque ces mesures comportementales ne suffisent...

Plus d'articles