Rhinopharyngite : pourquoi prescrit-on autant d'antibiotiques ?

La prescription abusive d'antibiotiques mène à des résistances. Tout le monde le sait, mais leur usage continue pourtant de s'accroître. De plus, ils sont souvent donnés en cas de maladies virales, alors que leur efficacité est dirigée contre les infections bactériennes. Le traitement antibiotique de la rhinopharyngite aiguë de l'enfant, d'origine virale dans 90% des cas, en est un bon exemple. Mais alors, pourquoi prescrit-on autant d'antibiotiques ?
PUB

L'antibiothérapie abusive est associée à un phénomène mondialement connu: le développement de résistances. En effet, leurs contacts répétés mènent, inversement aux effets recherchés, à une sélection de germes résistants. Ils deviennent alors de moins en moins efficaces. Ne pas en prescrire trop fréquemment serait une solution. Or, selon une enquête menée dans les Alpes-Maritimes, plus de 30% des enfants de moins de quatre ans en ont reçu au moins un dans l'année (certains en ont reçu plus de cinq).Par ailleurs, de nombreuses maladies virales sont traitées en première intention par des antibiotiques alors que ces derniers, étant dirigés contre les infections bactériennes, n'ont aucun effet.

PUB
PUB

Pourquoi ?

Les familles, pensant que ces molécules représentent le moyen le plus efficace et le plus rapide pour obtenir une guérison, exercent souvent une forte pression sur le médecin. Les crèches refusent les enfants fébriles, sauf s'ils sont sous antibiotiques. Certains médecins croient qu'une antibiothérapie de « couverture » permet d'éviter certaines complications de l'infection, alors que rien n'est démontré dans ce sens.

Que faire ?

Pour inverser ce phénomène de développement de résistance, il est essentiel d'agir à plusieurs niveaux: informer les familles de l'inutilité des antibiotiques dans les infections virales et les aider socialement, notamment pour la garde des enfants malades. Côté médecins, il faut renforcer la formation pour une prescription mieux ciblée et leur fournir des outils pédagogiques pour négocier (comme des preuves scientifiques reconnues) et justifier leur thérapie face à des parents inquiets. Par ailleurs, on doit reconnaître et accepter qu'un praticien revoit l'enfant rapidement, simplement pour vérifier qu'il n'apparaît pas de complication.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Mercredi 27 Décembre 2000 : 01h00
Source : Le Quotidien du Médecin, N°6821, 13 décembre 2000.