Repatha® : le nouveau médicament anti cholestérol disponible en France

© Istock

Un nouveau médicament contre l'excès de cholestérol est autorisé en France. Le Repatha® (evolocumab) est un traitement injectable qui sera remboursé dans une indication.

PUB

L'arsenal thérapeutique contre le cholestérol s'élargit. Les autorités sanitaires ont approuvé la mise sur le marché d'un nouveau médicament : le Repatha® (evolocumab). Ce traitement de nouvelle génération sera toutefois remboursé dans une seule indication, précise l'arrêté paru au Journal Officiel.

Commercialisé sous forme de stylo pré-rempli, le Repatha® coûtera 225.79 euros par injection. Celle-ci peut être réalisée par les malades eux-mêmes, suivant un rythme mensuel. Sur le papier, cet hypolipémiant a la possibilité d'être prescrit à plusieurs types de patient.e.s.

PUB
PUB

Les hypercholestérolémies familiales ou non familiales, mais aussi les dyslipidémies mixtes sont susceptibles de bénéficier d'un tel traitement. Si les causes varient, toutes ces pathologies se caractérisent par un excès de cholestérol dans l'organisme.

65 malades concernés par le remboursement

Le Repatha® parvient, justement, à réduire la quantité de ce lipide dans le sang. Pour cela, il inhibe la protéine PCSK9, qui affecte la capacité du foie à métaboliser le cholestérol. Ce mécanisme permet à l'organe de traiter plus de molécules. La cholestérolémie est alors réduite.

Mais le médicament arrive sur un marché déjà doté de nombreux traitements hypolipémiants. C'est pourquoi il ne sera remboursé que pour une population précise : les personnes souffrant d'une hypercholestérolémie familiale homozygote.

Cette maladie, d'origine génétique, se caractérise par un taux de cholestérol LDL 6 à 8 fois supérieur à la normale, et ce dès le plus jeune âge. Cela expose les malades à un risque élevé de troubles cardiovasculaires. Selon l'Association nationale des hypercholestérolémies familiales (Anhet), environ 65 personnes seraient touchées en France.

Ces patient.e.s pourront bénéficier du Repatha® dès 12 ans, si leur maladie n'est pas stabilisée par les autres traitements disponibles. "Ce médicament est un médicament d'exception car il est particulièrement coûteux", justifie l'arrêté paru au Journal Officiel.

En complément, les individus devront respecter un régime alimentaire pauvre en graisses et poursuivre leurs traitements hypolipémiants en cours "à doses maximales", précise l'arrêté.

Publié par Anne Valois, journaliste santé le Jeudi 15 Février 2018 : 11h30
PUB
PUB

Contenus sponsorisés