Qui est à risque de cancer de l'endomètre ?

Publié le 16 Novembre 2009 à 1h00 par Rédaction E-sante.fr
L'endomètre désigne la muqueuse qui tapisse l'intérieur de l'utérus. Le cancer de l'endomètre est fréquent, c'est le 4e cancer chez la femme, derrière les cancers du sein, du côlon et du poumon. Quels sont les facteurs qui augmentent le risque de développer un cancer de l'endomètre ?
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Le cancer de l'endomètre est un cancer hormonodépendant


Les causes du cancer de l'endomètre restent inconnues, mais les oestrogènes, hormones sexuelles féminines, jouent un rôle important. De nombreux autres facteurs de risque ont cependant été identifiés.

Les facteurs de risque du cancer de l'endomètre


Le cancer de l'endomètre touche plus souvent des femmes ménopausées, âgées de 60 à 70 ans. Ce cancer est rare avant 45 ans.

Les risques de cancer de l'endomètre sont aggravés lorsque les oestrogènes sont en quantité plus importante que la normale (déséquilibre oestrogènes / progestérone). C'est pour cette raison que ce cancer est dit hormonodépendant : il est activé par les hormones estrogènes.

Une exposition prolongée à cette hormone expose également à un sur-risque. C'est le cas par exemple des femmes qui ont été réglées précocement, vers 12 ans. Mais aussi des femmes qui sont toujours réglées après 50 ans (soit qui ont une ménopause tardive) ou qui ont suivi un traitement hormonal substitutif uniquement à base d'oestrogènes. Globalement, on peut retenir qu'un nombre d'années de règles supérieures à la moyenne prédispose au cancer de l'endomètre.

Sont aussi considérés comme des facteurs de risque du cancer de l'endomètre :


Des ovulations irrégulières.

Le fait de ne jamais avoir eu d'enfant ou l'infertilité. Les femmes sans enfant ont un risque de cancer de l'endomètre multiplié par trois.

Les tumeurs ovariennes sécrétant des hormones.

Les antécédents familiaux de cancer de l'endomètre ou de l'ovaire, lesquels confèrent une prédisposition génétique.

Une hyperplasie de l'endomètre (multiplication anormale des cellules de l'endomètre).

Le surpoids.

Le diabète.

Troubles de la vésicule biliaire.

Troubles de la thyroïde.

Un traitement à base de Tamoxifène (traitement contre les cancers hormonodépendants).

À noter que les populations blanches sont plus souvent touchées.

Chaque année, environ 5000 nouveaux cas de cancer de l'endomètre sont diagnostiqués en France.

Source : Nouvelle médecine, Centre Duke, Editions Robert Laffont.