Quels sont les grands principes de l'homéopathie ?

Honnie par certains, adulée par d'autres, l'homéopathie est probablement la médecine parallèle qui a fait couler le plus d'encre. Pourtant, ses détracteurs comme ses utilisateurs ne connaissent pas forcément ses principes. Voici quelques informations...

Publicité

Le principe de similitude et la dilution, les deux bases de l'homéopathie

L'homéopathie utilise des dilutions de principes actifs d’origine végétale, animale et minérale. Elle est basée sur le principe de similitude, c'est-à-dire sur l'idée qu'une substance qui a un certain effet aura l'effet inverse à très haute dilution. On utilise ainsi, par exemple, un remède homéopathique à base d'ortie pour lutter contre certaines démangeaisons.

La fabrication des remèdes homéopathiques se fait en plusieurs étapes.

Pour commencer, il faut faire macérer une substance dans un solvant pour obtenir la "teinture-mère", ou principe actif. Les substances non solubles sont réduites en poudre. Le principe actif est ensuite dilué dans une grande quantité d'eau pure, puis agité.

Publicité
Publicité

Le mélange obtenu est à nouveau dilué dans de l'eau, puis agité, etc., jusqu'à ce que l'on obtienne un remède qui sera alors distribué, le plus souvent sous forme de granules (mais il existe aussi des gouttes, des pommades ou des ampoules homéopathiques, entre autres !).

La dilution se fait selon des principes très précis, et le même principe actif est en général disponible à plusieurs dilutions différentes. La prescription pour un remèdehoméopathique va d'ailleurs préciser la dilution souhaitée. Précisons que dans tous les cas, le principe actif est tellement dilué qu'il est indétectable par les moyens de la science actuelle dans le produit fini.

Quelles règles pour les traitements homéopathiques ?

Les homéopathes conseillent de respecter ces quelques précautions pour que le traitement soit plus efficace :

  • Faire fondre les granules sous la langue pour que le produit atteigne directement la circulation sanguine.

  • Eviter de consommer du thé ou du café, ainsi que de la menthe ou du camphre, pendant letraitement homéopathique.
Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Vendredi 14 Janvier 2011 : 15h54
Mis à jour le Lundi 27 Juin 2016 : 18h07
Source : Dr M. Levat, C.-A. Pigeot, P. Sietiey, J.-M. Tétau, Homéo Guide, éditions Hachette pratique / Similia
PUB