Psycho : pour être heureux, cultivez votre générativité !

La générativité est une qualité qui consiste à savoir donner de soi pour guider la génération qui nous suit et produire une trace qui s'inscrira dans l'avenir. Elle suppose donc de la générosité !
Publicité

Cette qualité peut se cultiver facilement lorsque l'on devient parent, puisqu'on cherche à transmettre un savoir, une sagesse, à ses propres enfants. Mais elle est aussi bien plus vaste que le cadre familial et l'absence d'enfants ne l'empêche nullement de s'épanouir.La générativité comporte deux facettes : la productivité et la créativité. Elle peut consister par exemple à entraîner une jeune équipe sportive, à diriger une chorale, à soutenir de jeunes collègues pour leur transmettre notre expérience, à participer à des formations, à s'engager pour militer dans des groupes politiques, religieux, ou des associations humanitaires, à partager un savoir artistique…

Publicité
Publicité

Quand on pratique activement la générativité, on ressent une impression profonde d'utilité, le sentiment que la vie vaut la peine d'être vécue et que l'on a une place à occuper, que l'on sert à quelque chose.Quand, au contraire, elle fait défaut, il s'installe un sentiment général d'appauvrissement, d'ennui et de stagnation. C'est bien la preuve que la générosité nous fait d'abord du bien à nous-mêmes ! Et qu'en étant égoïstes, en ne pensant pas à partager nos richesses, nous nous appauvrissons nous-mêmes.Erickson considère même qu'en ne pratiquant pas la générativité, on finit par se comporter comme un enfant, comme son propre enfant, un peu comme si l'on refusait de faire partie de la génération qui peut transmettre et que l'on régressait au lieu de progresser.Cette générativité est une qualité très précieuse qui permet d'avancer en âge avec bonheur, de s'adapter à chaque nouvelle décennie. Elle permet d'acquérir une maturité, de réaliser de belles choses, de nouer des contacts et de remplir les années qui passent.Car donner de soi est encore la meilleure façon de recevoir en retour !

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 30 Janvier 2006 : 01h00
Source : Erik Erickson, enfance et société, Neuchâtel, Dalachaux et Niestlé, 1966.