Psycho : N'en rajoutez jamais dans le négatif

Pour communiquer avec quelqu'un, il faut d'abord l'accepter comme il est, donc accepter ce qu'il dit, même si vous n'êtes pas d'accord. Vous devez lui donner la liberté de penser autrement que vous et lui montrer que cela vous convient. Se sentant accepté, il sera moins sur la défensive et s'ouvrira à l'échange. Oui mais…
Publicité

Avec discernement

Mais il faut utiliser cette attitude avec discernement ! En effet, dans certains cas, l'autre affirme certaines choses non pour que vous les confirmiez, mais bien au contraire pour que vous réagissiez. Soyez assez subtil pour le détecter. Un exemple très simple ? Quand une femme dit à son mari : « tu ne trouves pas que j'ai grossi ? » La meilleure réponse n'est pas spécialement d'aller dans son sens pour répondre : « Oui, c'est vrai, tu as vraiment beaucoup grossi ». Il n'est pas sûr que cette réponse facilite la communication de couple !

De même, si quelqu'un vous dit : « je me suis mal débrouillé dans cette affaire », ce n'est pas la peine de répondre : « Oui c'est vrai, tu ne sais vraiment pas te débrouiller, tu as fait le contraire de ce qu'il aurait fallu faire et il faut bien reconnaître qu'à certains moments, tu es vraiment nul ! »

Publicité
Publicité

Toujours éviter le négatif

Quand une personne se dévalorise, ne cherchez jamais à l'enfoncer encore plus ! Vous pouvez tout de même accepter ce qu'elle dit, car il ne s'agit pas de nier une réalité, mais de replacer les choses dans leur contexte. Quand elle vous dit « j'ai grossi non ? » vous pouvez plutôt répondre : « En fait, tu as l'impression que tu te sentirais mieux avec quelques kilos en moins ? »

Ou s'il vous affirme « je me suis mal débrouillé », mieux vaut élargir le débat et répondre : « tu penses que tu aurais pu mieux faire ? Peut-être mais tu auras appris quelque chose, et la prochaine fois, tu sauras mieux réagir »

Chacun d'entre nous est très sensible et a besoin d'encouragements francs. Cela signifie qu'il n'est jamais bon de mentir, de répondre : « Mais non tu n'as pas grossi » à quelqu'un qui n'entre plus dans ses vêtements ou « Tu te débrouilles très bien au contraire » à quelqu'un qui vient de faire faillite. Il suffit de faire appel à votre sensibilité pour trouver le juste milieu : accepter tout en continuant à encourager. Et cela est vrai tant dans le travail, dans la vie de couple que dans les relations avec les enfants.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 19 Juin 2006 : 02h00