Psycho : désirs profonds, faites le point

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 29 Mai 2006 : 02h00
Il est parfois difficile de savoir ce que l'on veut ! En effet, depuis notre naissance, nous sommes entourés de paroles, de contraintes, d'avis divers, d'expériences, qui façonnent notre manière de penser. Notre entourage peut parfois nous aider à voir clair en nous, mais parfois, au contraire, nous cacher l'essentiel.
PUB

Les désirs des autres...

Une question très simple à se poser pour s'aider à voir plus clair est la suivante :Que serais-je devenu si j'avais suivi le désir de ma mère ? Je serais peut-être devenue institutrice si elle me disait « tu sais, il n'y a pas de plus beau métier pour une femme » Pourquoi m'affirmait-elle cela ? Parce que son désir non assouvi à elle aurait été d'être maîtresse d'école. Et, ne faisant pas la part des choses entre ses rêves à elle et ma personnalité à moi, elle est persuadée de m'aider en me projetant ses idées. Et il en est de même pour tout notre entourage : chacun pense que ses rêves les plus chers auraient aussi été vos rêves à vous. Or, il n'en est rien ! Ces rêves, ces désirs vous sont envoyés et peuvent s'installer en vous comme si vous vous sentiez obligé de vous les approprier pour faire plaisir à ceux qui vous aiment. D'autres questions similaires demandent une réponse : « Que serais-je devenu si j'avais réalisé le projet de mon père sur moi ? Celui de mes grands-pères ? Celui de mes grands-mères ? Celui d'une tante qui habitait tout près de chez nous ? Celui de mes frères ou soeurs ? »Tous ceux qui ont compté pour vous ont pu vous imaginer dans tel ou tel rôle.Votre père vous voyait homme d'affaire, votre grand-père agriculteur, votre soeur pilote d'avion, votre grand-mère mère de famille nombreuse, quant à votre tante, elle vous imaginait grand voyageur

PUB
PUB

Identifier les désirs des autres pour s'en libérer

Noter noir sur blanc quels ont été les projets que l'on a faits pour vous, vous aidera à vous en libérer. Ces projets ne sont en eux-mêmes ni bons ni mauvais. Mais ils ne vous correspondent pas parce qu'ils ne viennent pas de vous. Il faudrait savoir les observer, les écouter avec gentillesse et compréhension, mais sans jamais se sentir obligé d'y adhérer.À partir du moment où vous les voyez venir, vous pouvez les refuser totalement, ou bien sûr, vous ouvrir à une facette de ce qu'ils vous montrent. Parce qu'il ne s'agit pas de systématiquement vous opposer aux projets d'étrangers sur vous, mais de vous demander s'ils sont en harmonie avec vos désirs profonds. Et pour vous y retrouver, il faut savoir détecter les désirs des autres, pour pouvoir mettre à jour vos propres désirs Et réussir à les réaliser.

Publié par Dr Catherine Solano le Lundi 29 Mai 2006 : 02h00
PUB
PUB
A lire aussi
Dépendre du désir des autresPublié le 11/12/2006 - 00h00

Le plus important dans la vie est de se sentir aimé, apprécié, de sentir que l'on compte pour quelqu'un. Quand on n'est pas dans ce cas, quand on pense : « personne ne m'aime », l'envie de vivre disparaît. Et l'on peut même avoir des idées suicidaires.

Vivre sa séropositivité aujourd'huiPublié le 25/10/2013 - 14h27

Comment annoncer sa séropositivité à ses proches et en particulier à son partenaire ? Comment aimer, faire l’amour, fonder une famille sans craindre de transmettre le virus ? Bref peut-on vivre harmonieusement au quotidien avec le VIH ?

Vers un nouveau féminisme, ou " quand les femmes s'éveilleront "...Publié le 14/04/2008 - 00h00

Le féminisme classique est peut-être en train de vivre ses derniers instants. Ce féminisme qui consiste à revendiquer, à se battre pour que les femmes gagnent le droit à vivre comme des hommes est en voie d'être remplacé par un féminisme intégré. Ce féminisme ose prendre sa place auxcôtés des valeurs masculines (efficacité, productivité…) et donner de la présence aux valeurs féminines que sont l'expression des émotions, la douceur, la lenteur, la passivité, le lien affectif entre les êtres… Valérie Colin-Simard, psychothérapeute et auteur de « Quand les femmes...

Changer tout, changer de viePublié le 27/08/2003 - 00h00

Les vacances offrent le temps nécessaire pour prendre du recul sur le quotidien. Le train roule, de nouveaux paysages défilent… nos pensées aussi. Et si nous changions de vie ? Qui n'en a pas un jour rêvé ? Qu'est-ce qui nous pousse à rêver, puis à changer, ou pas, de vie ?

Plus d'articles