Prothèses mammaires : et maintenant, qu'est-ce qu'on fait ?

Depuis le scandale des prothèses mammaires PIP, l'inquiétude règne chez de nombreuses femmes qui ont subi une opération pour avoir des seins plus beaux ou plus volumineux, que ce soit volontairement ou suite à un cancer. Et celles qui trouvent que leurs seins sont trop petits, que doivent-elles faire maintenant ?

Publicité

Prothèses mammaires : des messages rassurants

La première chose qu'il faut se dire, c'est que les prothèses mammaires PIP ne sont maintenant plus sur le marché. Et que la vigilance dans les contrôles sera d'autant plus grande – d'ailleurs en France, des tests effectués depuis le scandale PIP ont montré que toutes les autres marques vendues sont bien conformes: il y a sur le marché plus d'un million de dispositifs médicaux, et ils font tous l'objet de contrôles et de vérifications.

Ce n'est pas parce que les prothèses mammaires PIP sont passées entre les mailles du filet pendant quelques temps que toutes les prothèses mammaires sont dangereuses. Cependant, le scandale PIP peut être l'occasion d'une réflexion plus approfondie sur l'opportunité de subir une augmentation mammaire.

Publicité
Publicité

En effet, même si les complications sont rares, elles ne sont pas inexistantes, même avec des prothèses parfaitement "clean": formation de coques dures et douloureuses, résultat décevant, problèmes de cicatrisation… Les risques sont faibles, mais pas nuls.

Prothèses mammaires : comment faire son choix aujourd'hui ?

Ce ne sont en général pas les femmes qui choisissent leurs prothèses mammaires, mais plutôt les chirurgiens.

Leur choix se fait selon de nombreux critères. Toutes les prothèses mammaires ont des formes et des tailles un peu différentes. Pour choisir la bonne, il faut surtout tenir compte de la morphologie de la patiente et de sa demande, mais aussi des habitudes du chirurgien, de la disponibilité de la prothèse dans la bonne taille, etc. Dans ce contexte, c'est donc surtout à son chirurgien qu'il faut pouvoir faire confiance. Vous avez besoin d’être rassurée ? Rien ne vous empêche de discuter avec lui de vos prothèses mammaires, de leur qualité, des études éventuelles dont elles ont fait l'objet.

Publié par Marion Garteiser, journaliste santé le Mercredi 01 Février 2012 : 15h33
Mis à jour le Vendredi 02 Juin 2017 : 16h59
Source : Dr Denis Goldschmidt, chirurgien plasticien.