Prion et vaccin ROR : une peur infondée

La question de deux Danois a semé le doute sur le vaccin ROR, combiné contre la rougeole, les oreillons et la varicelle. Risque t-il de transmettre aux jeunes enfants la variante humaine de la maladie de la « vache folle » ?
Publicité

Tout a commencé par une interrogation portant sur un hypothétique risque lié à l'infime quantité d'albumine humaine présente dans ce vaccin, produite à partir d'un mélange de plasma sanguin susceptible de véhiculer l'agent infectieux de l'encéphalopathie.

L'année passée déjà, les experts français de l'Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (AFSSAPS) s'étaient prononcés en affirmant qu'au sein des dérivés sanguins, l'albumine est probablement la plus sûre, étant considérée comme « ayant le meilleur niveau de sécurité au regard du risque de MCJ, en supposant que celui-ci existe. "

Publicité
Publicité

Au Danemark, la réaction a été similaire et le Directeur de l'Institut de sérologie recommande naturellement aux parents de continuer à faire vacciner leurs enfants. Ces risques supposés sont actuellement complètement virtuels car il n'est même pas sûr que la maladie puisse être véhiculée par la voie sanguine. En effet, jusqu'à aujourd'hui, aucune donnée indique une possible transmission de la maladie chez l'homme par l'intermédiaire des produits dérivés du sanguin. De même, la présence de prion contaminant n'a jamais été retrouvée dans le sang de sujets malades.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 27 Août 2001 : 02h00
PUB