Pourquoi porter des bas de contention en avion ?

© Istock

En avion et particulièrement en vol courrier, les risques de phlébite et d’embolie pulmonaire sont démultipliés. Il en est de même lors des longs voyages en voiture, en train, en autobus. Il faut retenir que plus la durée du voyage est longue plus le risque de complications veineuses est élevé.

PUB

Attention, risque de phlébite en avion

En avion, le risque de phlébite est multiplié par 4 pour un vol de plus de 4 heures, et par 10 pour un vol de plus de 10 heures.

Pliées, coincées, croisées, les jambes immobilisées pendant longtemps et d’autant plus dans une atmosphère pressurisée et déshydratante, favorisent la phlébite, c’est-à-dire la formation d’un caillot de sang dans une veine, bloquant totalement ou partiellement la circulation sanguine. Ce caillot peut aussi parfois se détacher et migrer jusque dans une artère pulmonaire et provoquer une embolie pulmonaire.

Il existe un moyen simple de prévenir cet accident grave notamment chez les personnes à risque, en portant des bas de contention dès lors que le voyage excède 4 heures. Ces derniers, exerçant une pression dégressive de la cheville vers la cuisse, ils évitent la stase veineuse, favorisent le retour veineux, soulagent et préviennent les symptômes (lourdeurs, douleurs, sensations de jambes lourdes) et leurs complications (phlébite, embolie pulmonaire). Ils sont également recommandés en cas de varices.

Seul un patient sur quatre porte des bas de contention

Or, nombre de personnes ne respectent pas cette précaution simple par manque d’information ou pour des raisons d’esthétisme, de confort, voire de coût. Pour faciliter l’acceptation des bas et chaussettes de contention, les fabricants ont considérablement amélioré l’esthétisme, la qualité du textile et élargi l’éventail des couleurs.

PUB
PUB

En pratique, avant un long voyage, voici les consignes à respecter :

  • Consulter son médecin, lequel pourra prescrire des bas de contention, voire proposer un traitement complémentaire.
  • Porter les bas ou chaussettes au moins une heure avant d’effectuer le trajet.
  • S’entrainer à enfiler ses bas selon les conseils et recommandations du médecin ou du pharmacien et utiliser si nécessaire un enfile-bas souple ou rigide.
  • Ne pas appliquer de crème sur ses jambes au niveau de la bande de silicone pour éviter que les bas ne descendent tout le long du trajet.
  • En cas d’allergie au silicone, utiliser un autre type de collant ou une paire de chaussettes de compression.

Enfin, durant le trajet, bouger souvent ces jambes et ses pieds, faire de petits exercices pour mobiliser ces jambes, marcher autant que possible dans le couloir et éviter de croiser les jambes. Porter des vêtements amples et des chaussures confortables. S’hydrater régulièrement (pas d’alcool ni d’existants).

En cas d’œdème à l’arrivée, ne pas hésiter à consulter un médecin rapidement.

Pour en savoir plus sur e-sante :

Avion et santé

Jambes lourdes

Publié par Rédaction E-sante.fr le Lundi 04 Juillet 2016 : 11h45
Mis à jour le Lundi 04 Juillet 2016 : 11h45
Source : www.mes-jambes.com 

PUB
PUB

Contenus sponsorisés