Polyarthrite rhumatoïde : comment s'acheminer vers la rémission ?

© Istock

La polyarthrite rhumatoïde est le rhumatisme inflammatoire le plus fréquent, touchant 50 millions de personnes dans le monde, dont 200.000 Français. Cette maladie grave qui entraine un handicap sévère et réduit l’espérance de vie en l’absence de traitement a bénéficié ces dernières années de progrès thérapeutiques considérables. La rémission est-elle aujourd’hui possible et comment y parvenir ? Le point avec le Pr Marie-Christophe Boissier, Chef du service de rhumatologie de l’hôpital Avicenne, Directeur de l’EA422 de l’Université Paris 13 et chercheur à l'Inserm.

Publicité

Polyarthrite rhumatoïde : objectif rémission

Contre cette maladie, d’énormes progrès thérapeutiques ont été réalisés. À l’heure actuelle, les traitements ont pour objectif de mettre le patient en rémission et ainsi d’améliorer sa qualité de vie. En effet, on ne sait pas guérir la polyarthrite rhumatoïde. En revanche, la rémission est un objectif raisonnable et nous disposons d’un certain nombre de moyens, notamment médicamenteux.

Les traitements médicamenteux de la polyarthrite rhumatoïde

Outre des antidouleurs à la demande, des corticostéroïdes à petites doses et des injections articulaires (ou infiltrations) pour soulager le patient, le traitement le plus classique repose sur un immunosuppresseur, le méthotrexate, administré à petites doses une fois par semaine. Il n’est cependant pas efficace chez tout le monde. On peut alors utiliser à la place un autre immunosuppresseur : l’Arava® ou la Salazopyrine®.

Publicité
Publicité

Chez les personnes qui ne répondent pas à ces médicaments et qui continuent donc à avoir des poussées, on peut prescrire en plus un traitement ciblé, également appelé biothérapie. « Il en existe plusieurs, dont certains appartiennent à la famille des anti-TNF », précise le Pr Boissier. « Toutes ces biothérapies s’administrent par voie injectable sous-cutanée ou en perfusion intraveineuse. Elles sont souvent très efficaces, avec un effet positif dans les ¾ des cas, mais elles n’entrainent une rémission que dans ¼ des cas. »

L’objectif étant précisément la rémission, c’est-à-dire l’arrêt de l’évolution de la maladie et de la destruction des articulations, « on peut être amené à changer une biothérapie pour une autre. Il reste toutefois toujours des patients non répondeurs. » Pourquoi ? « Parce qu’ils ne sont pas sensibles au blocage de l’une des voies de l’inflammation utilisée par les biothérapies, tandis que d’autres, les ¾ des patients sans effet, développent des anticorps contre les molécules des biothérapies, comme cela a bien été démontré pour les anti-TNF ».

C’est ainsi que les recherches sont actuellement très actives pour contourner ce problème, via notamment des stratégies de vaccination.

 
Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 16 Octobre 2015 : 17h40
Mis à jour le Mardi 27 Octobre 2015 : 10h44
Source : En collaboration avec le Pr Marie-Christophe Boissier, Chef du service de rhumatologie de l’hôpital Avicenne (APHP, Bobigny), Directeur de l’UMR Inserm U1125/Faculté de Médecine/Université Paris 13.