Le poisson au secours du coeur
Publié le 24 Avril 2002 à 2h00 par Dr Agnès Lara
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de E-sante.

Votre adresse mail est collectée par E-sante.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Le rôle primordial de l'alimentation dans le développement et l'évolution des maladies cardio-vasculaires est aujourd'hui communément admis. En particulier, plusieurs études ont démontré l'effet cardio-protecteur des acides gras poly-insaturés oméga-3. Deux nouvelles études apportent des éléments chiffrés à ces données en montrant que la consommation de poissons gras, riches en oméga-3 diminue le risque de mort subite par arrêt cardiaque.

A quoi servent les oméga-3 ?

Les oméga-3 sont des acides gras participant à la constitution des membranes cellulaires. Leur apport dans l'alimentation est indispensable car notre organisme ne sait pas les synthétiser. On dit que ce sont des acides gras essentiels. Ils se trouvent en quantité importante dans les poissons gras comme le maquereau, le hareng, le saumon, l'anchois, le thon, le pilchard, le rouget, le flétan mais aussi dans les crustacés comme les crevettes et le homard. L'organisme peut aussi les fabriquer à partir d'autres acides gras contenus dans les huiles végétales, les noix et les graines.

Un risque de décès diminué de plus de 80% pour tous les hommes

Une étude américaine portant sur près de 300 hommes ne souffrant d'aucune maladie cardio-vasculaire, vient de montrer que le taux sanguin d'oméga-3 était étroitement corrélé avec le taux de mort subite par arrêt cardiaque. Les personnes consommant du poisson au moins deux fois par semaine possédaient en effet, un taux sanguin élevé en oméga-3 et voyaient leur risque de décès diminué de 81%.

Un effet salvateur chez les personnes à risque

Selon une équipe de chercheurs italiens, cet effet protecteur existe aussi chez les personnes ayant survécu à un infarctus du myocarde. Au cours de cette seconde étude, les chercheurs ont observé que les personnes prenant de l'huile de poisson en complément alimentaire, à une dose correspondant à une consommation de poisson de deux fois par semaine (1g par jour), voyaient leur risque de mort subite diminué de 42% au bout de trois mois.

La consommation de ces poissons gras peut donc être conseillée à tous et en particulier à ceux qui ont le coeur fragile. Son effet sera d'autant plus bénéfique qu'elle remplacera avantageusement la viande comme source de protéine. Or celle-ci est riche en acides gras saturés, dont l'effet néfaste sur les artères est reconnu.

Source : Albert C., New England Journal of Medicine, avril 2002; Volume 346, N°15: 1113-1118. Marchioli R., Circulation avril 2002; Vol. 105 à paraître