Piercing : risqué ou anodin ?

© Fotolia

Aujourd’hui le piercing est une pratique encadrée par une réglementation, permettant de limiter les risques infectieux. Malgré tout, les complications liées au piercing existent. Quelles sont réellement les complications liées aux piercings et sont-elles fréquentes ?

Publicité

A travers la peau, la muqueuse ou le cartilage, le piercing existe depuis l’Antiquité, mais cette pratique, aujourd’hui très à la mode, s’est largement répandue, notamment chez les jeunes.

Mais aussi populaire soit-il, le piercing s’accompagne de complications dans 30 à 40% des cas, et ce, malgré la réglementation qui encadre la procédure de piercing (décret n° 2008-149 du 19 février 2008).

Ces complications sont soit infectieuses, soit liées aux gestes réalisés dans la vie quotidienne, soit en rapport avec la localisation du piercing.

Publicité
Publicité

Piercing : quid du risque d’infection

Les complicationsinfectieuses surviennent dans 10 à 25% des cas.

L’infection peut être contractée lors du piercage initial, notamment si le piercing est réalisé sans respecter les conditions d’hygiène réglementaires. Elle peut aussi résulter d’une contamination lors des soins locaux, pendant la cicatrisation. Ou encore être inhérente à la manipulation intempestive de la zone piercée et notamment de l’objet inséré.

L’infection implique le plus souvent le staphylocoque doré (germe bien connu pour provoquer des intoxications alimentaires, des infections suppurées, voire des septicémies), parfois en co-infection avec la bactérie Pseudomonas aeruginosa. La gravité des infections dépend de la dissémination des germes dans l’organisme, et par exemple, s’ils infectent les os et les cartilages. Il existe aussi un risque de transmission des virus du sida et des hépatites B, C et D.

Piercing : le bon réflexe en cas d’infection

Retirer le piercing et consulter son médecin, lequel procédera à un prélèvement local afin d’identifier la bactérie responsable permettant ainsi de choisir le traitement antibiotique adapté. Mais une incision chirurgicale ou un drainage peut aussi s’avérer nécessaire.

Publié par Rédaction E-sante.fr le Vendredi 25 Mars 2011 : 11h20
Mis à jour le Mercredi 06 Avril 2016 : 18h25
Source : Congrès Hebdo, Le Quotidien du Médecin, 14 janvier 2011.