Un peu de transparence dans le jus de pamplemousse...

Publicité

Tout en rendant compte des articles récemment parus concernant les interactions entre le jus de pamplemousse et divers médicaments, la rédaction de e-santé s'est adressée par e-mail à l'Agence française de sécurité sanitaire (ex-Agence du médicament) afin de comprendre pour quelle raison l'interaction entre le jus de pamplemousse et les anti-hypertenseurs de la famille des inhibiteurs calciques (nifédipine, félodipine, etc.) n'était pas indiquée dans les textes officiels.

Pour l'Agence de sécurité sanitaire, les risques du jus de pamplemousse sont purement théoriques

L'Agence de sécurité sanitaire nous a répondu par téléphone, en la personne de Madame Saint Salvi, parlant au nom de la commission des interactions médicamenteuses. Selon ses explications, si les textes officiels français ne mentionnent pas les effets du jus de pamplemousse sur les médicaments, c'est pour deux raisons: 1) cette interaction n'existerait que si le jus de pamplemousse est pris juste en même temps que le médicament 2) et surtout, elle n'aurait pas de conséquence réelle sur la santé des patients, puisqu'aucun cas de malaise ni de trouble n'aurait été décrit.

Publicité
Publicité

Une position discutable

Ces explications ne nous paraissent pas convainquantes. 1) Il peut très bien arriver que des patients prennent leurs médicaments avec un verre de jus de fruit. 2) Dans certains essais sur des adultes jeunes, non malades " les effets indésirables vasculaires ont été rapportés plus souvent lorsque la prise du médicament par la bouche a été précédée de la prise de jus de fruit " (Lundahl 1997). Que peut-il en être chez des personnes âgées ou malades? De plus, selon le texte officiel de l'autorisation de mise sur le marché des médicaments anti-hypertenseurs avec lesquels le jus de pamplemousse interagit (notamment la félodipine), il est recommandé de limiter la posologie à 5 mg (au lieu de 10 mg le plus souvent) chez les personnes âgées et chez certains malades du foie (qui éliminent moins bien le médicament). Diminuer la concentration de moitié serait donc utile, tandis que la doubler ou la tripler serait négligeable? En fait, les autorités sanitaires britanniques et américaines, et nombre de pharmacologues, ont des positions bien différentes de l'Agence française. Par exemple, le Committee on Safety of Medicines britannique estime que " la plupart des inhibiteurs calciques ne devraient pas être pris avec du jus de pamplemousse ". Et le texte officiel américain concernant la félodipine a été modifié avant 1998 pour mentionner cette interaction.

Publié le Jeudi 30 Décembre 1999 : 01h00
Source : " Interactions : Calcium-channels blockers " In British medical association & Royal pharmaceutical society of Great Britain " British national formulary n°38 " BMA & RPSGB éd. Londres, sept. 1999 : 575. " Felodipine " et " Nifedipine " In Parfitt K. et coll. " Martindale, the complete drug reference, 23e éd. " Parmaceutical Press, Londres 1999 : 867-868 et 916-922. " Grapefruit juice interactions with drugs " Medical Letter 1995 ; 37 (955) : 73-74. " Inhibiteurs calciques : voie orale " In " GNP - Encyclopédie pratique du médicament 2000 " Ed. du Vidal 1999 : 270-275 et 311-316. " Interactions entre inhibiteurs de la protéase et jus de pamplemousse " Prescrire (suppl. HIV) Décembre 1999 ; 19 (201) : 907-908. Fuhr U. " Drug interactions with grapefruit juice " Drug safety 1998 ; 18 (4) : 251-272. Jeambrun P. " Le jus de pamplemousse peut-il interférer avec certains médicaments ? " Concours médical 1999 ; 121 (32 - 16 oct 1999) : 2471. Lundahl J. et coll. " Effects of grapefruit juice ingestion - pharmacokinetics and haemodynamics of intravenously and orally administered felodipine in healthy men " Eur J Clin Pharmacol 1997 ; 52 : 139-145. Medwatch (The FDA medical products reporting program) " Summary of safety-related drug labeling changes approved by FDA " - January 1998 Consulté sur l'internet à l'adresse http://www.fda.gov/medwatch/safety/1998/jan98.htm Spence David J. "Interaction Between Grapefruit Juice and Drugs" (http://pharminfo.com/cgi-bin/print_hit_bold.pl/pubs/msb/gfj_effect.html) Monographies : Adalate°, Adalate° LP, Amlor°, Arpamyl° LP Gé, Baypress°, Bi-Tildiem°, Caldine°, Chronadalate° LP, Deltazen° LP Gé, Diacor° LP, Dilrène° LP gé, Diltiazem Bayer°, Diltiazem GNR° LP, Diltiazem Merck°, Diltiazem Merck° LP, Diltiazem MSD°, Diltiazem MSD° LP, Diltiazem-Ratiopharm°, Diltiazem-Ratiopharm° LP, Diltiazem RPG°, Diltiazem RPG° LP, Flodil° LP, Icaz° LP, Isoptine°, Isoptine° LP, Loxen°, Loxen° LP, Mono-Tildiem° LP, Nidrel°, Nifédipine Bayer° LP, Nifédipine GNR° LP, Nifédipine Merck° LP, Nifédipine-Ratiopharm°, Nifédipine-Ratiopharm° LP, Nifédipine RPG°, Nifédipine RPG° LP, Nifédirex° LP, Novapamil°, Tildiem°, Unicordium°, Vérapamil Bayer°, Vérapamil Biogaran°, Vérapamil G Gam°, Vérapamil G Gam° LP, Vérapamil MSD° LP, Vérapamil-Ratiopharm°, Vérapamil-Ratiopharm° LP In " Vidal 1999 " Ed. du Vidal, Paris 1998 et sur le site professionnel du Vidal° : www.vidalpro.net