Papa âgé, enfant schizophrène...

Plus un homme est âgé lorsqu'il conçoit un enfant, plus le risque de schizophrénie pour l'enfant augmente. Formulée en 2001, cette association vient d'être vérifiée par une étude de grande envergure.
PUB

Cet essai a été conduit auprès d'une population de 712.014 sujets nés en Suède entre 1973 et 1980, dont 639 ont développé une schizophrénie et 1.311 une autre maladie psychotique. De très nombreux facteurs pouvant jouer un rôle dans le risque de schizophrénie ont été pris en compte : âge du père, de la mère, sexe de l'enfant, lieu de naissance, mensurations à la naissance, score d'Apgar, antécédents familiaux psychiatriques, situation socio-économique au cours de l'enfance, etc.

PUB
PUB

Les auteurs observent que le risque de schizophrénie de l'enfant augmente très clairement avec l'âge avancé du père au moment de la conception : le taux de risque de schizophrénie passait de 1,26 lorsque le père était âgé de moins de 30 ans, à 4,62 lorsque celui-ci était âgé de plus de 50 ans. Cette association est donc très forte et indépendante de tout autre facteur. Il semblerait que 15% des cas de schizophrénie seraient dus au fait que les pères étaient âgés de plus de 30 ans lors de la conception. Il n'existe pas de lien avec l'âge de la mère, ni avec d'autres types de psychoses.

Globalement, l'âge parental lors de la conception d'un premier enfant étant de plus en plus élevé, on peut se demander si ce phénomène ne va pas s'accompagner d'une augmentation du nombre de cas schizophrénie.

Publié le 17 Novembre 2004
Auteur(s) : Rédaction E-sante.fr
Source : Sipos A.
Voir + de sources
et coll., B.M.J., vol 329, 23 octobre 2004.